Menu

Sanofi veut négocier un accord de compétitivité

Le groupe pharmaceutique a lancé le 29 septembre au Comité central d'entreprise de la filiale industrielle (SWI) des négociations avec les syndicats pour augmenter la productivité dans ses usines de production pharmaceutique par un accord de compétitivité.

lundi, 12 octobre 2015 | Actualités
Imprimer

La lettre .info

Mais, la CGT, comme la CFDT, demandent  à l'entreprise de "démontrer qu'il y a un problème de compétitivité".

Selon la CFDT l'entreprise veut renégocier le temps de travail et les RTT, l'organisation du travail, la polycompétence", ainsi que discuter de "l'absentéisme" au sein de la filiale SWI qui  regroupe douze sites et 5.000 salariés (sur 27.000 en France).

Le groupe souhaite "réduire les écarts de performance avec les sites de l'Europe de l'Est" et "améliorer la productivité de 20-25%", selon un document consulté par l'AFP. "Ils nous disent qu'il y a un problème de compétitivité mais ils ne nous le démontrent pas", souligne Patrick Rojo, délégué central CGT de la branche industrielle. "Nos patrons veulent encore intensifier les conditions de travail, ils sont dans un autre monde", estime-t-il.

Il évoque "la souffrance réelle des salariés" depuis les cessions et restructurations menées ces dernières années, qui se sont traduites par plusieurs milliers suppressions de postes. A Ambarès, on a gagné 50% de productivité en 5 ans, le coût de main d'œuvre sur une boîte est passé de 29 à 19 centimes", affirme-t-il.

Selon Thierry Bodin, coordinateur CGT, le groupe a mis dans la balance la "sauvegarde de l'emploi sur les sites". "C'est du chantage à l'emploi, c'est clairement inacceptable, on est tous surpris car Sanofi a distribué cette année 3,8 milliards d'euros aux actionnaires".