Menu

Sanofi change de directeur, mais quid de la stratégie ?

Le groupe pharmaceutique a annoncé ce 29 octobre l'éviction de son directeur général Christopher Viehbacher, laissant un bilan que la CGT du groupe juge " accablant ".

lundi, 03 novembre 2014 | Actualités
Imprimer

La lettre .info

Les effectifs CDI dans le groupe en France sont aujourd’hui inférieurs aux effectifs CDI de fin 2010 avant intégration des 2300 salariés de Genzyme et Merial. A périmètre équivalent, ce sont 4800 emplois détruits dont 2000 en R&D pharma depuis l’arrivée de Christopher Viehbacher.


Côté social, " la seule augmentation est celle de la précarité ", accuse la CGT qui dénombre près de 4000 salariés intérimaires ou en CDD dans le groupe à la fin septembre, soit près du double par rapport à 2008.


" Il faut en finir avec la stratégie financière à court terme, aux plans d’économies internes, aux suppressions d’emplois drastiques et à l’appauvrissement du potentiel scientifique et industriel en France et en Europe, exige la CGT qui revendique :
- l’arrêt de tous les projets de cession de médicaments et de site !
- l’arrêt du projet de cession de Quetigny à Delpharm !
- l’embauche des précaires occupant des postes pérennes comme cela a été obtenu par la CGT à Val de Reuil (sur d’autres sites des actions sont en cours).
- la remise à plat de la restructuration de la R&D Pharma. La décision de la Cour d’appel permet à la direction de revoir sa copie. Il y a nécessité à ce qu’elle crée les conditions pour travailler à une recherche efficace conservant tous les sites en interne. Cela passe aussi par des embauches afin que les activités de R&D puissent fonctionner !


Il est indispensable de revenir à une politique industrielle, alliant efficacité scientifique et médicale, et efficacité économique et sociale.