Menu

Sociétés d’ingénierie et donneur d’ordres

Tentative de conciliation de l’Etat.

vendredi, 23 mars 2012 | Actualités
Imprimer

La lettre .info


« Les donneurs d’ordre sont en train de détruire toute une strate intermédiaire du secteur de l’ingénierie […] Cette situation risque d’être mortifère pour notre économie ». Cette mise en garde de Jean-Claude Volot, médiateur national de la sous-traitance et des relations interentreprises, dans le quotidien les Echos du 12 mars dernier, fait suite à sa décision de rédiger une charte, non contraignante, « régissant les relations entre donneurs d’ordre et prestataires du secteur de l’ingénierie ».

Cette tentative de réponse à l’hémorragie massive des prestataires des grands groupes vise à la création de partenariats ouvrant une visibilité stratégique à moyen et long terme pour ces entreprises en situation de dépendance.  Il faut rappeler qu’en janvier dernier, la suppression de 1 600 postes en R&D chez PSA a touché de plein fouet de nombreuses petites sociétés.

D’après le rapport Sartorius, remis au gouvernement le 8 février 2011, sur les 18 000 sociétés du secteur, 20 % ont moins de 10 salariés, 40 % de 10 à 100 salariés et 40 % plus de 100. Evidemment, les plus petites restent les plus fragiles face à la crise. Comme le souligne le rapport, les enchères inversées vont bon train. Cette politique a pour conséquence la désaffection des jeunes diplômés pour les SICT.

Sur les 20 000 ingénieurs qui se dirigent vers l’industrie (sur 30 000 DESS et doctorants), seuls 7 500 s’investissent dans les sociétés d’ingénierie, toujours selon le rapport Sartorius, et avec des salaires d’embauche en forte chute. Jean-Claude Volot, voudrait, en outre, établir un « plan commun de progrès » et voir émerger plus de véritables spécialistes. Il dénonce aussi l’absence de seniors dans ces entreprises et voudrait mettre en œuvre « de nouvelles règles de recrutement ». Reste à examiner les effets pervers que peut avoir cette volonté de rééquilibrer la pyramide des âges dans les sociétés d’ingénierie à l’avantage des donneurs d’ordre et au détriment des contrats de travail des salariés seniors et l’embauche des jeunes diplômés.

Sources :
Rapport sur les sociétés françaises d’ingénierie et de conseil en technologie. Emmanuel Sartorius, ingénieur général des Mines. Conseil général de l’industrie et des technologies (CGIET). 8-02-2010.
Les Echos du 12-03-2010