Menu

Sortie du charbon : les syndicats de l'énergie s'inquiètent de la précipitation des échéances

Les fédérations de l'énergie CGT, CFE-CGC et FO se sont manifestées contre la décision de la ministre de l'Environnement et de l'Energie de restreindre aux centrales à charbon le prix plancher du carbone, et contre la sortie prévue du charbon à horizon 2023.

lundi, 18 juillet 2016 | Actualités
Imprimer

La lettre .info

Ségolène Royal a annoncé lundi 11 juillet que le prix plancher du carbone - que la France compte instaurer unilatéralement dès 2017 dans le secteur de la production électrique - ne concernera finalement que les centrales à charbon, comme le préconise un rapport sur le prix du CO2 qui lui a été remis le même jour.

Dans des communiqués séparés, les trois fédérations dénoncent  une décision qui constitue "plus un affichage idéologique et électoraliste qu'une analyse sérieuse" (CGT), une "aberration industrielle, sociale et climatique" (CFE-CGC) et une "dérive absurde" (FO).

De même, elles s'élèvent contre la sortie du charbon à horizon 2023 prévue par le projet de Programmation pluriannuelle de l'énergie (PPE). Contrairement à l'Allemagne, la part du charbon en France est faible avec seulement quatre centrales opérées par EDF et Uniper.

"L'arrêt prématuré" de centrales rénovées pour fonctionner jusqu'en 2035 "n’aurait qu’un très faible impact sur les émissions de CO2 en France (moins de 3%) et pèserait gravement sur la sûreté des réseaux électriques", souligne ainsi la FNME-CGT.