Menu

CGT et CGC de STMicroelectronics interpellent l'Etat

Les syndicats CFE-CGC et CGT du fabricant de semi-conducteur ont interpellé mercredi 13 mai l’État actionnaire, s'inquiétant pour la survie de la division numérique après des déclarations la veille de leur PDG.

lundi, 18 mai 2015 | Actualités
Imprimer

La lettre .info

Pour la CGT, ces déclarations constituent "une menace directe pour les salariés de la division DPG, produits numériques", soit "2.500 salariés dans le monde, dont 1.500 en France" notamment à Grenoble, Crolles (près de Grenoble) et Le Mans.

Le syndicat redoute une nouvelle restructuration alors que le plan de départs volontaires annoncé à l'automne "n'est même pas terminé. » 

La CGT appelle le gouvernement à "bloquer les mauvais projets mijotés par le PDG", mais aussi à "un renversement complet de stratégie" et à "un changement de l'équipe dirigeante".

"En plus de l'impact social que pourrait engendrer la décision de +régler+ le problème des pertes financières, c'est l'indépendance technologique de la France et de l'Europe qui est menacée", estime de son côté la CGC.

"Une vision stratégique globale et engageante de STMicroelectronics n'est pas une option, la survie de l'entreprise en dépend", ajoute-t-il en appelant à l’État actionnaire sur le manque chronique de stratégie" de l'équipe dirigeante.