Menu

Suicides à France Télécom: un nouveau contrat social peu convaincant

Après une série de suicides dans le groupe, France Télécom-Orange a présenté vendredi aux syndicats son «nouveau contrat social».

vendredi, 24 septembre 2010 | Actualités
Imprimer

La lettre .info

Ce document sera dévoilé à la presse mardi et envoyé «dans les prochains jours»au domicile de tous les salariés français du groupe, a précisé la direction. Il décline les principaux engagements de la direction: l’emploi (10000 recrutements d’ici 2012, un meilleur accompagnement des salariés dans leur parcours professionnel), l’organisation du travail (la fin de l’hypercentralisation des décisions), ou encore « une qualité de vie au travail améliorée » (avec un «réseau»destiné à mieux prévenir les risques psychosociaux).

Autres promesses: des ressources humaines plus proches des salariés, l’évolution des pratiques managériales et une «rétribution équitable», basée à la fois sur des augmentations générales et individuelles. Le « nouveau contrat » détaille aussi les accords déjà conclus entre direction et syndicats depuis septembre 2009 sur la mobilité, l’équilibre vie privée-vie professionnelle, le stress, etc.

« C’est une compilation d’engagements existants et qui ne sont pas tous tenus. Il faut aller beaucoup plus loin », a estimé Christian Mathorel (CGT), tandis que du côté des autres organisations syndicales on souligne un document de communication qui ne comblera pas le fossé entre le discours et la réalité vécue par les personnels, ou bien encore une « déclaration d’intentions ». Ce « nouveau contrat », censé marquer l’entrée du groupe « dans une phase post-crise », survient alors que cinq agents se sont donné la mort en moins de quinze jours, entre fin août et début septembre, ce qui porte à 23 le nombre de suicides depuis janvier.

Jeudi, Stéphane Richard a présenté ces suicides comme «des drames de la vie, sans lien entre-eux » et « a priori sans lien avec l’entreprise ». Tout en affirmant que « beaucoup de choses » avaient changé depuis un an, il a expliqué qu’il ne « fallait pas lâcher la pression » et promis de « tout faire » pour éviter des suicides « à cause de l’entreprise».

Mais «la crise sociale interne persiste», a déploré Christian Mathorel pour la CGT, qui avec les autres syndicats, rencontrera lundi le directeur général de France Télécom à ce sujet.