Menu

Suppression de postes chez Delphi

L'équipementier taille dans sa R&D

mardi, 11 décembre 2012 | Actualités
Imprimer

La lettre .info

L'équipementier automobile Delphi a annoncé mercredi 5 décembre la suppression de 157 postes, dont 103 personnes à Illkirch-Graffenstaden (banlieue de Strasbourg) et 54 à Villepinte. Ils seront délocalisés en Pologne, où la direction du groupe veut transférer son activité de recherche et développement (R&D). Le site alsacien, le plus touché, emploie environ 140 salariés, principalement des ingénieurs.

Il s'agit d'un centre de R&D intégré dans la division électronique et sécurité. Selon la CGT, à ces 157 postes dans la R&D voués à disparaître dans le cadre d'un Plan de sauvegarde de l'emploi (PSE) vont également s'ajouter 26 suppressions de postes dans le corporate, soit essentiellement des cadres au siège. Au total, ce sont donc 183 emplois qui sont menacés, selon le syndicat.

"On ne s'attendait pas à ce niveau de restructuration" a réagi Eric Deshayes, délégué syndical central de la CGT, premier syndicat du groupe. "Ils parlent de licenciements économiques. Mais les sites sont viables et ont fait plus de bénéfices que prévu. Ils avaient des nouveaux contrats qui arrivaient, qui étaient très importants et faisaient survivre largement le site".

Selon Jean-Yves Stévenin, également élu CGT, "sur la recherche et développement, il n'y a pour ainsi dire pas de justification économique", même si la direction met en avant la baisse du marché automobile en Europe et les difficultés de clients importants comme le constructeur PSA Peugeot Citroën.

"La raison affichée est de recentrer la R&D sur un seul site pour la région: celui de Cracovie en Pologne. C'est clairement une délocalisation", a-t-il ajouté.

"On combattra ce plan qu'on trouve complètement absurde par rapport aux comptes et complètement inapproprié"