Menu

La CGT craint le pire pour 300 emplois chez Soitec

Le syndicat CGT du fabricant français de matériaux semi-conducteurs, estime que l'abandon annoncé des activités solaires va menacer plus de 300 emplois, dont une centaine en France, et demande lundi à l'Etat actionnaire d'empêcher que des "technologies porteuses ne soient bradées".

lundi, 02 février 2015 | Actualités
Imprimer

La lettre .info

"Emplois et savoir-faire" sont en "danger", estime le syndicat dans un communiqué.

Après déjà deux plans sociaux mis en œuvre en 2013 et 2014, "de prochaines grosses annonces vont avoir lieu lors d'un prochain conseil d'administration le 13 février", redoute Fabrice Lallement, délégué CGT et secrétaire du Comité d'entreprise.

Les élus du personnel sont inquiets "pour la pérennité du groupe" et vont déposer un "droit d'alerte" le 5 février. Depuis deux ans, plus de 400 postes ont été supprimés dans le groupe, qui a compté jusqu'à 1.600 salariés (dont 1.200 en France).

Le syndicat affirme qu'"environ cent collègues viennent d'être licenciés aux Etats-Unis et plus de trois cent autres employés sont menacés sur l'ensemble des sites (France, Allemagne, Etats-Unis)".

Pour la CGT, l'Etat, premier actionnaire du fabricant via la banque publique Bpifrance, "doit intervenir en mettant en contact notre direction avec des acteurs nationaux et européens pour créer des collaborations fructueuses et éviter que ces technologies porteuses ne soient bradées pour cause de vision à court-terme".