Menu

Premier pas franchi pour le temps de travail des internes

Un décret du ministère de la Santé, publié samedi 27 février au Journal officiel, réduit le temps de travail des internes en médecine à 48 heures, conformément à la réglementation européenne et aux annonces du gouvernement.

lundi, 02 mars 2015 | Actualités
Imprimer

La lettre .info

Il redéfinit les obligations de service des internes en médecine, en odontologie et en pharmacie, les découpant en 10 demi-journées, contre 11 auparavant. Huit demi-journées par semaine en moyenne pendant le trimestre seront consacrées à leur stage, soit huit demi-journées de travail à l'hôpital. 

Les deux autres demi-journées sont dédiés à la formation, avec une demi-journée sous la responsabilité d'un coordonnateur, et une autre de temps personnel pour que l'interne "consolide et complète ses connaissances".


Dans un avis rendu en mars dernier, la Commission européenne avait épinglé la France, estimant que les internes français passaient trop d'heures dans les hôpitaux (60 en moyenne, selon une étude de l'Isni, le principal syndicat d'internes), alors que la législation européenne impose une semaine de 48 heures maximum. Fin janvier, la ministre de la Santé Marisol Touraine avait promis aux internes que la réduction de leur temps de travail entrerait en vigueur au 1er mai. 

L'Intersyndicat national des internes (Isni), qui avait lancé une grève peu suivie en novembre pour contester les modalités proposées par le gouvernement pour réformer leur temps de travail, a salué dans un communiqué samedi 27 février le franchissement d'"une première étape", mais il attend que des textes soient publiés « permettant les sanctions financières à l’encontre des établissements ne respectant pas les obligations de services et le repos de sécurité (une pause de 11 heures qu'un interne en médecine doit prendre à l'issue de chaque garde de nuit, ndlr)". Il attend également "la sortie du texte permettant l'expérimentation du samedi matin de garde".