Menu

Timide avancée dans la lutte contre les conflits d'intérêts en santé

Un décret paru vendredi 30 décembre 2016 vient renforcer les dispositions prises en 2014 pour prévenir les conflits d'intérêts, après le scandale du Mediator qui avait mis en lumière les conflits d'intérêts entre des membres des autorités de santé et l'industrie pharmaceutique.

lundi, 02 janvier 2017 | Actualités
Imprimer

La lettre .info

Ainsi, les professionnels de santé devront rendre publiques davantage d'informations concernant leurs liens avec les entreprises de produits de santé.

« Les montants des conventions signées entre les acteurs du système de santé et les industriels devront être publiés » sur le portail www.transparence.sante.gouv.fr, à partir d'un seuil de 10 euros, et une « rubrique dédiée » permettra d'accéder plus facilement aux rémunérations perçues dans le cadre de ces conventions, à partir du 1er avril, informe le ministère de la Santé dans un communiqué. Le site internet prenait jusqu'ici en compte les « avantages consentis », mais pas les conventions (par exemple des conventions de recherche pour un projet particulier).

Cet ajout n'est toutefois pas suffisant, estime le Dr Jérôme Marty, président de l'association Union française pour une médecine libre (UFML), qui regrette que les liens relevant d'un contrat de travail ne soient toujours pas pris en compte. « Ce qui fait les liens d'intérêt, notamment chez les politiques, chez tous les gens qui travaillent en relation avec les laboratoires, les mises sur le marché de médicaments, etc., en général c'est contractuel. C'est ça qu'on voudrait voir : qui a des contrats avec qui », a-t-il expliqué à l'AFP.