Menu

1 et 8, les dates gagnantes de la lutte début octobre !

Imprimer

Le 1er octobre, il s’agit d’un appel unitaire CGT-FO-Sud à la grève nationale pour le retrait du projet de loi « Santé » et contre l’austérité budgétaire.


A l’occasion du passage au Sénat du projet de loi Touraine et surtout au moment où les DG ARS imposent partout la mise en œuvre de la loi avant son adoption, ce mouvement porte l’exigence du retrait immédiat du projet de loi « Santé », du retrait du pacte dit de « Responsabilité », le refus de la suppression des 22 000 postes... .

Ce mouvement dit haut et fort,
non aux fermetures de lits et de services,

oui aux embauches massives dans la santé, le social et le médico-social, la titularisation de tou-te-s les contractuel-le-s, l’augmentation générale des salaires.

Le 8 octobre, les organisations syndicales de la Fonction publique Cgt, FSU, Solidaires appellent à participer massivement à la journée de mobilisation unitaire interprofessionnelle.
Sous prétexte de rationalisation des dépenses ce sont à terme des dizaines de milliers d’emplois publics qui sont visés notamment dans les collectivités territoriales et les hôpitaux, avec la création des métropoles, la fusion des régions et celle des établissements hospitaliers. L’heure n’est plus à la qualité des services, mais à l’évaluation du coût des activités et à la recherche maximale de réduction des dépenses, notamment de personnel. Les décisions hiérarchiques verticales et les injonctions paradoxales prennent le pas sur l’autonomie au travail, la reconnaissance de la technicité et des qualifications.

L’Ugict-CGT propose d’agir pour garantir l’égal accès au travail, à l’égalité de rémunération et aux responsabilités professionnelles en prenant appui sur ces évolutions et sur l’accord égalité femmes-hommes au sein de la fonction publique signé le 8 mars 2013 :

● contre les stéréotypes pour une réelle mixité des métiers et un déroulement de carrière identique à celui des hommes ;
pour la reconnaissance financière des métiers à prédominance féminine par la renégociation des classifications sur la base de « à travail de valeur égale, salaire égal » ;
contre les formes aléatoires des rémunérations développées par la gestion individuelle des salaires ;
pour une meilleure articulation vie privée - vie professionnelle par la maîtrise du temps de travail.

 

3 bonnes raisons de se mobiliser le 8 octobre :
1 - Améliorer les conditions de travail et la reconnaissance professionnelle par la revalorisation des carrières et des salaires.

2 - Développer et améliorer les missions de service public.

3 - Exiger une rupture avec les politiques d’austérité qui nous mènent dans le mur.

 

Vous pouvez télécharger le N°157 de l'@ctu.Mict sur le Site fédéral

Publié le mercredi, 30 septembre 2015 dans Santé et Action Sociale