MENU

Vous avez dit « Modernité »

Imprimer

L’élévation générale des qualifications, l’aspiration à l’autonomie et à la maîtrise de son travail, à la démocratie, l’exigence de la restauration du collectif de travail et les potentialités de nouvelles technologies pour accélérer la transition énergétique à l’ère du numérique, la qualité des services publics, garants du lien social et de nos valeurs républicaines, le dynamisme de notre démographie et l’avenir de la jeunesse, les capacités de recherche et d’innovation de nos organismes publics ainsi que les pépinières de start-up à pérenniser. Tels sont les « algorithmes » du changement économique et social à mettre en œuvre d’urgence.

La « ringardise » et le dogmatisme idéologique libéral conduisent à une fuite en avant de la financiarisation, des « aides » aux entreprises indépendamment de leur taille, sans aucun engagement sur l’emploi et l’investissement productif.

A contrario, la modernité est de renouer avec la notion de progrès contre l’austérité.
C’est en réhabilitant la notion de progrès social, économique et technologique que les politiques publiques regagneront en légitimité. C’est en développant de nouveaux droits d’intervention, d’expression, de respect de la santé qu’on libérera la créativité. C’est en convoquant et en remobilisant la communauté de travail qu’il retrouvera son sens et l’entreprise, la confiance des salariés.

À l’ordre du jour : une nouvelle réduction du temps de travail pour redistribuer les gains de productivité du numérique dans la promotion et l’élévation des qualifications, dans l’investissement productif des entreprises, plutôt que dans l’enrichissement financier des actionnaires. On évitera ainsi une hémorragie d’emplois et des fractures sociales.

Débattons ensemble, concrètement sur les lieux de travail.

Marie-José Kotlicki Secrétaire générale de l’Ugict-CGT

 

Vous pouvez télécharger le N°163 de l'@ctu.Mict sur le Site fédéral

Publié le mardi, 12 janvier 2016 dans Santé et Action Sociale