Menu

Une femme Première Ministre au Québec

Pour la première fois, le Québec va être dirigé par une femme Pauline Marois. Elle a mené à la victoire le Parti Québécois (PQ) aux élections législatives avec 32% des voix et 56 sièges sur 125.

dimanche, 09 septembre 2012 | Actualités
Imprimer

La lettre .info

Le parti n’a pas la majorité et devra composer avec le Parti libéral du Québec (PLQ) et la coalition Coalition Avenir Québec (CAQ) pour gouverner.

Pauline Marois a une grande expérience politique, elle a occupé des postes clés au gouvernement au sein des ministères de l’éducation, la santé ou les finances. Elle a été la première femme élue chef de son parti, le PQ, après un long parcours difficile dans un monde d’hommes.

Pendant le « Printemps érable » Pauline Marois soutient les étudiants en grève qui s’opposent à la hausse des frais de scolarité et elle arbore le carré rouge, symbole de leur mouvement à l’Assemblée nationale.

Dès le 5 septembre elle a annoncé qu’elle annulerait par décret, la loi spéciale limitant les manifestations et la hausse des frais de scolarité prévue par son prédécesseur, mettant fin à six mois de mobilisation étudiante comme elle l’avait promis lors de sa campagne.

Lors de la campagne, Pauline Marois a promis d’organiser un nouveau référendum sur l'indépendance en cas de victoire. Le Québec, où le français est la langue maternelle de 80 % des 7,8 millions d'habitants, s'est toujours senti un peu différent au sein d'un pays où une large majorité des 34,5 millions d'habitants est anglophone. La fête provinciale est ainsi bien plus célébrée que le « Canada Day" du 1er juillet.

L'indépendance éventuelle du Québec ne pourra intervenir que par voie de référendum. En 1980, la défaite des séparatistes avait été lourde, mais, en 1995, il s'en était fallu d'un cheveu pour qu'ils ne l'emportent, recueillant 49,4 % des suffrages.

L’échéance d’un nouveau référendum n’est pas précisée : le faire immédiatement serait courir à un nouvel échec.

Pour la première fois de son histoire, le Québec a donc élu une femme au poste de première ministre. Mais le plafond de verre qu'a brisé la chef péquiste, n'est pas l'unique précédent établi lors de l'élection du 4 septembre. Avec l'élection de Françoise David, de Québec solidaire, l'Assemblée nationale aura désormais deux femmes à la tête d'autant de partis. Les deux dirigeantes seront bien accompagnées, puisque les femmes représentent le tiers de l'ensemble des députés, un record.

Pauline Marois a rendu hommage dans son discours après l’élection à « sa mère et à toutes ces femmes d’aujourd’hui et d’hier qui portent la moitié du monde sur leurs épaules »

Le Canada compte 5 premières ministres sur 10 provinces et 3 territoires, cette nouvelle élection les rapproche de la parité.

Cette élection montre l’exemple à toutes les femmes.  Il est possible d’accéder aux postes les plus élevés. Nous devons en France aller de l’avant afin de rendre la parité effective dans toutes nos instances représentatives.