Menu

Urgence pour le pavillon français et l'emploi maritime

La fédération Cgt des officiers de marine marchande et la fédération nationale des syndicats maritimes dénoncent dans un communiqué la liquidation de la flotte pétrolière et chimique française.

lundi, 28 septembre 2015 | Actualités
Imprimer

La lettre .info

Alors que lors des 10èmes Assises de l’économie de la mer, en décembre 2014, le premier Ministre annonçait l’extension de l’obligation de pavillon français au transport des produits raffinés repris dans un amendement du projet de loi sur la «transition énergétique» plusieurs événements sont venus démentir cette promesse. « Avec la fermeture de BWM, la diminution de l’emploi en 2011 chez SEA TANKERS, la fermeture de MAERSK TANKER France 2014, et maintenant -à nouveau- SEA TANKERS qui annonce le vente de 10 navires dont 4 sous pavillon RIF d’ici 2017, avec la mise en place probable d’un PSE, nous assistons à la liquidation de la flotte pétrolière et chimique française et de ses équipages », dénonce les marins et officiers CGT.

Les deux organisations alertent et interpellent le gouvernement sur l’urgence de la modification de la loi de 1992 concernant l’approvisionnement en pétrole et de la création d’une flotte stratégique sous pavillon français avec équipages français (pétroliers, gaziers) afin de garantir l’approvisionnement en produits énergétiques de la France. « Seule cette manière de faire sera garante du maintien de l’emploi dans ce secteur et pourra espérer voir à terme de la création. Nos communications et nos interpellations n’ont pas été suivies d’effets. Le projet de décret n’a pas suivi nos demandes, même si ce décret voit des améliorations quant à l’obligation de transporter plus de matières raffinées sous pavillon français, la courte obligation de maintien du contrat (1 an) ne permettra pas de sauver l’emploi. Si ce texte passe en l’état nous allons signer la liquidation totale des officiers et marins français pouvant naviguer sur des pétroliers, chimiquiers et gazier. La disparition des compagnies de transport de pétrole qui disparaissent les unes après les autres, les navires quittant le pavillon français. On assiste à une extermination de ce métier sous pavillon français, des marins français mais ce sera également une perte irrémédiable de compétences pour armer dans le futur des navires pétroliers et chimiquiers. Une situation inacceptable, au moment où le premier Ministre promet que d’ici 10 ans le nombre d’élèves dans les écoles passera du moins pour les officiers de 1000 à 1500, et quid de la formation des personnels d’exécution pour les matrix (marins) ?


Les seuls armateurs de navires capables de transporter les matières premières énergétiques françaises tant pour les véhicules, que pour l’industrie ou le chauffage sont quasi tous des armateurs étrangers qui peuvent les récupérer à tout moment.


Une flotte stratégique sous pavillon français de pétroliers, chimiquiers et gaziers avec une part de l’État français mais également gérée par une compagnie française, avec une construction dans nos chantiers permettrait aussi de relancer et de garder ces chantiers reconnus pour leurs compétences internationales.
C’est pourquoi la CGT exige que l’État modifie ce décret afin que :
- Les navires transportant des produits pétroliers et chimiquiers soient armés par des armateurs français sous pavillon français 1er registre
- une flotte stratégique soit créée avec des équipages habilités défense nationale. Cela aura pour conséquence de rendre la France indépendante tant en matière civile que militaire (ravitaillement inclus) en cas de crise. »