Menu

Urgences de Roubaix

Une démission et une mobilisation pour des effectifs

lundi, 25 février 2013 | Actualités
Imprimer

La lettre .info

Plusieurs dizaines de médecins et de personnels médicaux se sont rassemblés vendredi 22 février pour soutenir les urgences du centre hospitalier de Roubaix (Nord) et leur responsable démissionnaire.

Marie-Anne Babé, en poste depuis trente ans, a annoncé sa décision de quitter ses fonctions après avoir réclamé en vain une hausse des effectifs. «On est venu soutenir son travail, soutenir le travail de l'ensemble des personnels de Roubaix et à travers les urgences, l'ensemble de l'hôpital», a déclaré Patrick Pelloux, président de l'Amuf (Association des médecins urgentistes de France).

Les personnels des urgences du centre hospitalier de Roubaix réclament «l'embauche immédiate de deux médecins et dans les mois à venir un nombre suffisant de praticiens pour assurer un tour de garde supplémentaire la nuit et le week-end».

Roubaix n’est pas un cas isolé, ce qui a conduit les deux principaux syndicats d'urgentistes à tirer la sonnette d’alarme vendredi par un courrier à la ministre de la Santé sur la situation des urgences qui traversent selon eux «une crise majeure» et «sans précédent» illustrée par de récents conflits. «Nos profondes inquiétudes se confirment. Plus vite même que nous le pensions. Thonon, AP-HP, Grenoble, Roubaix, Strasbourg... les démissions s'y succèdent, avec le même visage, celui du désespoir», soulignent Patrick Pelloux, président de l'Amuf et Marc Giroud, président du Samu-urgences de France dans une lettre adressée à Marisol Touraine.