Menu

Les urgentistes exigent que le ministère tienne parole sur le temps de travail

L'association des médecins urgentistes de France a réclamé vendredi 3 juillet l'application de la nouvelle organisation de leur temps de travail selon l'accord conclu en décembre avec la ministre de la Santé pour mettre un terme à la grève illimitée déclenchée par l'Amuf.

lundi, 06 juillet 2015 | Actualités
Imprimer

La lettre .info

Ces médecins avaient obtenu la limitation de leur temps de travail hebdomadaire à 48 heures, avec 39 heures hebdomadaires de travail clinique posté et un temps forfaitisé réservé aux activités non-cliniques. Cet accord "a soulevé un grand espoir, il ne faut pas qu’il soit aujourd’hui déçu", soulignait jeudi 2 juillet l'Amuf dans un communiqué de presse.

Les urgentistes constatent que le texte règlementaire se fait attendre. "Sans circulaire d'application, les mesures ne peuvent pas être appliquées par les directeurs d'hôpitaux ", a expliqué le porte-parole de l'association des urgentistes Christophe Prudhomme (CGT-Santé).

Pour l'Amuf, "les réticences des présidents des Commissions médicales d'établissements et de la FHF ne doivent pas aboutir à un blocage". Les services d'urgence sont "en tension", et la situation risque de devenir difficile avec l'actuelle vague de chaleur, selon le Dr. Prudhomme.

Pour l'instant "nous restons raisonnables, mais nous pouvons hausser le ton", a assuré l'urgentiste.