Menu

Ça ne va pas la santé

emploi santé

C'est un secteur d'activité où la main d'œuvre est plutôt qualifiée, voire très qualifiée qui est appelé à se mobiliser ce 8 novembre. En effet, l'hôpital souffre, les personnels dérouillent et les patients trinquent.

lundi, 07 novembre 2016 | Billets de la semaine
Imprimer

La lettre .info

Dans la suite du combat mené dans l'unité depuis début mars pour le retrait puis l’abrogation de la loi Travail, les fédérations CGT, FO et SUD de la Santé et de l'Action sociale, ont décidé d’appeler à la grève l’ensemble des personnels de la Fonction Publique Hospitalière (du secteur sanitaire, social et médico-social).

Au centre de cette mobilisation unitaire, l'adoption ce mois-ci du projet de loi de financement de la Sécurité sociale. Porté par le gouvernement ce texte annonce de nouvelles coupes claires  réalisées dans les dépenses de la protection sociale. Les conséquences sont déjà désastreuses tant pour les agents et les salariés du secteur de la santé et de l’action sociale que de ceux de la protection sociale.

Les restrictions budgétaires entraînent suppressions de postes, gel des salaires, fusions, mutualisations, fermetures d’établissements... Elles dégradent fortement les conditions de travail des personnels des deux secteurs où l'on déplore une augmentation des risques psycho-sociaux, des maladies professionnelles, des accidents du travail, des invalidités... Les hôpitaux sont asphyxiés par manque de moyens, avec des plans de retour à l’équilibre qui forcément s'en prennent à la masse salariale puisque l'hôpital est une « industrie » de main d'œuvre. Tous les établissements de la santé et de la psychiatrie sont attaqués par l'application d'un ONDAM (objectif national de dépenses d'assurance maladie) qui n’est pas à la hauteur des besoins. Dans le champ du social, du médico-social et de la prise en charge du handicap, ce sont des milliers d’emplois qui sont supprimés et des conventions collectives qui sont remises en cause.

Cette mobilisation porte bien plus loin que la défense d'acquis sociaux. Ces milliers de professionnels se mobilisent pour défendre une haute idée du service public, de leurs rôles, de leurs responsabilités sociales. Ils nous sont précieux, tout comme l'est la Sécurité sociale.