Menu

Couac, buzz et démenti…

social-media-conversation

Le ministre du Travail, François Rebsamen, nous avait récemment fait part de la profondeur de sa pensée en demandant un contrôle accru des chômeurs. Sitôt les propos du ministre démentis par Matignon et atténués par ses collègues du gouvernement, on pouvait se demander s’il s’agissait d’un malentendu ou d’un vrai dérapage. Avec le dernier couac de la semaine passée, le doute n’est plus permis.

lundi, 06 octobre 2014 | Billets de la semaine
Imprimer

La lettre .info

Dans cette interview donnée à un journaliste du site internet du magazine bourguignon Le Miroir, dans les locaux du ministère, François Rebsamen aurait affirmé notamment qu'il "se bat depuis longtemps pour une vision libérale de l'économie", estimant que les Français "ont conscience qu'il faut adapter" le "système social" français en "renforçant les contrôles, en assouplissant les seuils, la législation sur les 35 heures, en autorisant le travail le dimanche".


On comprend l’embarras du ministère qui s’est un peu emmêlé les crayons dans ses explications, estimant d’abord  qu'il ne s'agissait pas d'une interview puisque les propos de François Rebsamen n’avaient pas été relus et validés. Donc ce qui fait l’interview, ce n’est pas le travail du journaliste, c’est l’imprimatur ?

Enfin le ministère a indiqué que le ministre « ne cautionne pas ces propos ». On a bien lu CES propos et non SES propos. Ouf !!! Le ministre est au moins d’accord avec lui-même.

Reste que ce nouveau couac laisse un goût amer car finalement personne ne s’étonne du fond des déclarations du ministre et le buzz médiatique vient de la dépublication de cette interview. Hélas les propos rapportés sont en droite ligne avec le virage libéral pris par l’exécutif et ils interviennent alors même que tous ces sujets sont en ce moment sur la table.

Si seulement le gouvernement menait une autre politique et s’il prêtait moins l’oreille au Medef, on pourrait en effet se dire qu’il y malentendu…