Menu

Industrie : La cote média du ministre se redresse

Industrie : La cote média du ministre se redresse

Billet de la semaine du 22 octobre 2012. Ministre de l'Industrie était déjà par nature une tâche difficile et ingrate.

lundi, 22 octobre 2012 | Billets de la semaine
Imprimer

La lettre .info

En inventant un ministère du Redressement productif, Jean-Marc Ayrault et François Hollande ont naturellement voulu donner un signe et faire une promesse. Mais s'il est une chose qui est en plein redressement, c'est la cote média du titulaire de ce maroquin ingrat à défaut d'effets bien tangibles sur l'industrie.

La photo d'Arnaud Montebourg publiée la semaine passée est ce que l'on appelle un bon coup. Le pétulant ministre y pose en marinière de chez Armor Lux, arbore une montre Herbelin et porte dans des bras un robot Moulinex. L'idée étant de défendre prétendument le « made in France ». "La photo est très sexy si je puis dire", a déclaré la patronne des patrons, Laurence  Parisot sur RTL, saluant le travail du ministre en faveur des entreprises françaises, mais lui reprochant son interventionnisme.

Au-delà de ce commentaire, cette initiative du ministre et du Parisien appellent quelques réflexions. On aimerait d'abord un peu moins de « comm »  et un peu plus de résultats tangibles, mais on admettra que la promesse soit difficile à tenir. On aimerait aussi que le ministre ne prenne pas pour argent comptant les assurances données par les patrons lorsque comme ceux de Sanofi, ils assurent qu'il y aura « zéro licenciement » alors que le groupe s'apprête à supprimer 914 emplois.

On n'attend pas d'Arnaud Montebourg qu'il s'occupe du traitement social des suppressions d'emplois. Ce n'est pas de compassion dont on a besoin, mais d'une action énergique et en profondeur permettant de préserver et développer des filières industrielles et la recherche. Ensuite, on préférerait que le gouvernement donne enfin aux salariés les moyens de combattre les plans sociaux par des droits nouveaux aux élus du personnel.

On pourrait aussi objecter à Arnaud Montebourg que le choix d'un robot Moulinex comme symbole de l'industrie française est un peu daté voire douteux. Les ouvrières de Cormelles le Royal apprécieront sans doute, elles qui ont été jetées à la porte après l'un des licenciements boursiers les plus fameux. Combien de ses appareils la marque fait-elle aujourd'hui fabriquer dans l'Hexagone ?