Menu

Présidentielle : et les CSP+, elles ont dit quoi ?

Présidentielle : et les CSP+, elles ont dit quoi ?

Une semaine après la défaite de Nicolas Sarkozy et tandis que bruissent encore les pronostics pour la constitution du nouveau gouvernement, si nous nous arrêtions quelques instants sur le vote des cadres, des professions intermédiaires ?

lundi, 14 mai 2012 | Billets de la semaine
Imprimer

La lettre .info

C’est qu’en effet, durant ces dernières années on a constaté un glissement progressif des cadres vers une contestation du modèle libéral, du management financier des entreprises. Ils ont marqué très vite un farouche attachement à la réduction du temps de travail en ce qu’elle leur permet de préserver la frontière entre vie privée et vie professionnelle. Ils ont aussi été parties prenantes du conflit des retraites en 2010. Et dans divers baromètres, dont celui de l’Ugict, on les a vus nettement privilégier les revendications salariales, de reconnaissance des qualifications et remettre en cause les mécanismes d’individualisation.

Toutes choses qui font dire que les CSP+ (catégories socioprofessionnelles supérieurs) ne sont pas, loin s’en faut, acquises aux thèses libérales. Il était donc logique que le divorce entre les CSP+ et Nicolas Sarkozy se solde dans les votes des deux tours de la présidentielle.

C’est ainsi que les CSP+ ont, selon CSA, voté à 30% pour François Hollande et 11% pour Jean-Luc Mélenchon et pour 31% pour Nicolas Sarkozy. A propos du vote pour le candidat du Front de Gauche, à noter l’enquête de CSA pour l’Humanité qui nous apprend que les CSP+ (hors artisans, commerçants et professions libérales) ont choisi Jean-Luc Mélenchon à 36% alors qu’ils ne représentent que 31,4% de la population en âge de voter.

Pour TNS, au second tour, les cadres et professions intellectuelles ont voté à 51% pour François Hollande tandis que les professions intermédiaires l’ont choisi pour 58%. Evidemment, dans les CSP+, les commerçant et chefs d’entreprise ont choisi Nicolas Sarkozy à 80%.

A noter dans la même étude que plus les niveaux de diplôme sont hauts, plus on a voté pour le candidat socialiste. Enfin, le sondage Ipsos Logica sur la sociologie des électorats du second tour nous apprend que 52% des cadres et professions libérales et 61% des professions intermédiaires ont voté pour François Hollande.

Quant aux attentes des électeurs, les thèmes mis en avant par les électeurs de François Hollande ont été selon TNS, d’abord la lutte contre le chômage (53%), l’amélioration de l’école et de l’enseignement (41%), le financement de la protection sociale (28%), bien avant la réduction de la dette et les déficits (23%) qui ont pourtant occupé une grande partie des discours de campagne.