Menu

Une loi pour en finir avec le bizutage social des jeunes

Une loi pour en finir avec le bizutage social des jeunes

Billet de la semaine du 18 juin 2012. Nous avons assez dit ce que nous pensons du véritable bizutage social auquel sont soumis les jeunes et particulièrement les jeunes diplômés, pour ne pas nous engouffrer dans la porte ouverte par le nouvel exécutif qui a mis la jeunesse au centre de son programme.

mercredi, 20 juin 2012 | Billets de la semaine
Imprimer

La lettre .info

 L’Ugict-CGT entend que cette priorité trouve des traductions positives bien au-delà des seules politiques d’Education et d’Enseignement supérieur. Car si notre pays se doit d’investir massivement dans ces domaines pour assurer l’élévation des niveaux de compétences et pour permettre un renouvellement qualifié des générations qui sont actuellement au travail, il faut désormais que ces efforts ne soient pas stérilisés par un « marché du travail » qui ne reconnaît ni ne respecte les qualifications des jeunes diplômés. Ces dernières années avec les organisations lycéennes et étudiantes, la CGT et son Ugict ont travaillé à un corpus de revendications pour la jeunesse.

Nous avons des propositions à défendre, notamment pour obtenir une mesure spécifique d’aide aux primo entrants sur le marché du travail pour que la période de recherche d’emploi soit couverte financièrement ou bien pour que les années d’études soient incluses dans le calcul des retraites pour que le temps passé en formation initiale ne soit plus un temps perdu de la vie professionnelle. Il faut aussi que de réelles mesures soient prises contre l’abus qui consiste à faire occuper des emplois permanents par des stagiaires hors cursus. Ou encore leur garantir un emploi stable à l’issue de l’apprentissage pour que les entreprises arrêtent de profiter des apprentis sans les embaucher. Ce sont quelques unes des dix priorités que l’Ugict-CGT propose d’inscrire dans une loi cadre sur l’emploi des jeunes diplômés. Dès le début de la législature, nous entendons interpeller les députés élus dimanche pour que cette loi soit mise en chantier.

Sur son site internet, l’Ugict-CGT propose aux jeunes diplômés d’agir concrètement pour changer la donne de l’emploi. Elle invite donc les jeunes diplômés à déposez leur CV en le chargeant sur le site. L’Ugict-CGT y joindra une lettre de motivation qui exige «Un Emploi, des Droits, une Loi !» Cette action qui commence donc sur internet se poursuivra par un rassemblement le 26 juin à 13h, devant l’Assemblée nationale. A l’occasion de la première séance législative. L’Ugict-CGT déposera les CV anonymisés et les lettres –un CV à chaque député- ainsi qu’une proposition de loi sur la base des dix exigences sur l’emploi des jeunes diplômés.