Menu

Les ingénieurs, cadres et techniciens face aux mesures d’austérité en Europe

Les mesures d’austérité imposées à la Grèce par l’Union européenne, la Banque centrale européenne et le FMI ont des conséquences dévastatrices sur l’économie et le dialogue social du pays. Les cadres ne sont pas épargnés et les jeunes diplômés se tournent vers l’émigration. Il est urgent d’agir à l’échelle européenne pour protéger et développer les droits des salariés.

lundi, 30 avril 2012 | Décryptages
Imprimer

La lettre .info

A la  veille  de  la  journée  d’action  européenne  du  29  février  dernier,   Bernadette  Ségol,  secrétaire  générale de  la  Confédération   européenne  des  syndicats  (CES),  déclarait  :  «  Trop,  c’est  trop  !   Les  mesures d’austérité  ne  sont  pas  la  seule  réponse  à  la crise  ».  

Pourtant,  les  «  plans  de  rigueur  »  se  généralisent en Europe,  avec   comme  premières  victimes  les  salariés.  La  Grèce  n’est malheureusement   qu’un  exemple  parmi  d’autres,  notamment  parmi  les  pays  de  l’Europe  du   Sud.  Les  mesures  d’extrême  rigueur  économique  frappent  l’ensemble   des  salariés  et  n’épargnent  pas  les  cadres  ingénieurs  et  techniciens  qui   restent  des  salariés  au  même  titre  que  les  autres.  

L’analyse  des  données   du  Comité  Européen  du  Dialogue  Social  nous  donne  une  idée  objective   de  l’ampleur  de  la  crise  économique  et  sociale  qui  frappe  le  pays.   Les  salaires  versés  aux  salariés  du  secteur  public,  au  sens  strict  et  au   sens  large,  ont  diminué  respectivement  de  15  %  et  de  30  %.  Le  niveau   des  pensions  des  secteurs  public  et  privé  a  diminué  de  10  %  en  valeur   nominale.  Le  doublement  du  taux  de  chômage  entre  2009  et  2011,   conjugué  à  la  réduction  administrative  des  salaires  versés  dans  le  secteur   public,  a  eu  pour  conséquence  une  diminution  des  salaires  réels  de   11,5  %  pour  l’ensemble  de  l’économie  et  de  9,2  %  dans  le  secteur  privé  en   2010-2011.

Dans le même temps, l'alourdissement de la fiscalité indirecte aliment l'inflation, qui a augmenté de 3,4 points de pourcentage en 2010 et  comprime  le pouvoir d’achat  des  salariés  et  des  retraités. Parallèlement,  alors  que  le  pays  est  en  proie  à  la  récession,  le  taux  de   chômage  caracole  à  des  niveaux  jamais  atteints.  Le  taux  de  chômage,  en   octobre  2011,  atteignait  18,2  %  contre  13,5  %  en  octobre  2010.  Le  niveau   atteint  par  le  chômage  des  jeunes  est  particulièrement  inquiétant; il  s’élève à 45,5%, un jeune sur deux étant sans emploi. Chez les femmes, le taux de chômage  atteignant  le  record  historique  de  21,3  %  se  compare  à  celui   des  hommes  (15,9  %),  indiquant  que  l’austérité  a  également  creusé  les   inégalités  entre  les  sexes.

Bien   évidemment,   cette   situation   de   l’emploi   a   des   conséquences   catastrophiques sur le financement de la protection sociale, avec une réduction  drastique  des  dépenses  de  santé  et  d’éducation,  ce  qui  ne  peut   que  compromettre  l’avenir.  L’UGICT-­CGT  s’interroge  sur  la  dégradation annoncée  du  dialogue  social  que  cette  politique  imposée  ne  manquera   pas  d’entraîner.  Sous  la  pression  des  créanciers  institutionnels,  la  réforme   structurelle  mise  en  œuvre  par  voie  législative  en  Grèce  va  à  l’encontre   du  concept  même  de  négociations  collectives  et  de  représentation   démocratique  collective.  Un  tel  passage  en  force  dévalorise  les  négociations   collectives  et  nie  l’essence  même  du  syndicalisme.  A  terme,  ces  pratiques   pourraient  conduire  à  la  disparition  des  conventions  collectives  et  à   l’effondrement  des  structures  syndicales  professionnelles.

Enfin, le médiateur grec signale une augmentation spectaculaire et constante des  plaintes  pour  licenciements  abusifs  pour  cause  de grossesse  ou  de   congé  de  maternité  et  constate  une  croissance  des  cas  de  harcèlement  sexuel depuis mai 2008. Les mesures législatives encourageant la flexibilité du  marché  du  travail  touchent  avant  tout  les  femmes,  et  plus  particulièrement   les  femmes enceintes  et  les  mères  de  famille. 

LA  BAISSE  DES  REVENUS  DES  CADRES  PEUT   ATTEINDRE  30  %

Pour  nos  catégories,  le  sens  du  travail,  en  France  ou  en  Grèce,  reste  au   cœur  des  préoccupations  des  ingénieurs,  cadres  et  techniciens.  Mais  dans   ce  contexte  de  profonde  récession  (l’économie  grecque  a  connu  un  repli   de  7,3  %  au  deuxième  trimestre  2011),  comment  continuer  à  donner  du sens au travail ? Face à l'insuffisance des moyens, en extrême précarité individuelle  et  collective,  comment  continuer  à  s’investir,  comment  créer   dans  son  activité,  comment  y  croire  et  donc  comment  encourager  ses   équipes  à  y  croire  ?  Mais  les  managers  doivent  affronter  un  autre  volet  du   drame  économique,  le  drame  humain,  celui  des  licenciements.

Le  taux   de  chômage  a  bondi  de  5  %  en  un  an,  avec  son  cortège  de  fermetures   d’entreprises,  de  réductions  d’effectifs,  conséquence  de  plans  sociaux  sans   précédent.  Ce  sont  nos  collègues,  cadres  supérieurs  et  cadres  de  terrain,  qui se voient confier l'organisation de ces plans et leur mise en oeuvre. Ils  doivent  faire  face  à  la  souffrance,  au  désespoir  de  leurs  collaborateurs   et ils se retrouvent en conflit avec leur propres convictions, souvent en situation  de  réelle  souffrance  au  travail.

Déjà les difficultés liées à l'endettement atteignent de nombreux cadres notamment  dans  la  fonction  publique.  En  effet,  ils  s’appuyaient  sur   l’assurance  d’un  revenu,  l’attente  d’une  progression  professionnelle  et  la   «  garantie  »  de  l’emploi,  pour  souscrire  d’importants  emprunts  immobiliers,   encouragés  par  les  banques.  Avec  la  baisse  de  leurs  revenus  (pouvant   atteindre  jusqu’à  30  %),  beaucoup  d’entre  eux  ne  peuvent  faire  face  aux   échéances,  dans  un  contexte  actuel  où  la  revente  d’un  bien  devient   hypothétique.  Certains  sont  amenés  à  céder  pour  une  bouchée  de  pain  le   fruit  d’années  d’économies,  d’autres  ont  malheureusement  quelquefois  des   gestes  désespérés.  

Ainsi,  depuis  le  début  de  la  crise  en  2009,  le  nombre   suicides  a  doublé  en  Grèce  (Source  ministère  de  la  Santé). Les  jeunes  diplômés,  confrontés  à  un  chômage  de  masse  et  à  l’absence  de   perspective,  se  tournent    vers  l’émigration.  Mais  il  y  a  une  grande  différence   entre  une  mobilité  volontaire  vers  un  pays  étranger,  dans  le  cadre  d’un   projet  de  carrière  et  une  émigration  économique  forcée  où  les  chances  de   réussite  professionnelle  sont  plus  restreintes.  L’émigration  des  jeunes  les   plus qualifiés ne fait qu'hypothéquer davantage les possibilités de  l’économie  grecque  à  moyen  terme.

LES  MESURES  IMPOSÉES  CONDUISENT   À  UNE  SOCIÉTÉ   DE  NON-­DROIT

Les  mesures  d’austérité  mises  en  œuvre  en  Grèce  sont  celles  que  la  troïka   (UE,  BCE,  FMI,...)  impose  aujourd’hui  aux  pays  de  l’Europe  du  Sud,  mais   qu’elle  voudrait  voir  demain  s’appliquer  à  tous  les  pays.  Elles  entraînent   dans  la  pauvreté  un  nombre  croissant  de  salariés,  creusent  les   inégalités  et  conduisent  vers  une  société  de  non  droit  social.  Et  effet   pervers,  le  chômage  de  masse  favorise  l’économie  dissimulée.  Cette   politique  n’offre  aucune  perspective  à  moyen  terme  et  ne  peut  pas  être   acceptée.  Ce  n’est  pas  la  société  que  nous  voulons.  

Nous  voulons  une   société  où  le  travail  prenne  tout  son  sens,  dans  un  cadre  de  droits  garantis   collectivement  et  où  le  salaire  ne  soit  pas  une  allocation  de  survie,  mais   une juste rémunération des qualifications. Pour faire face à l'ensemble des  attaques  actuelles  contre  le  monde  du  travail,  le  dialogue  social  est   indispensable  et  la  place  des  syndicats  est  cruciale.  Nous  avons  besoin   de  droits  collectifs  forts  pour  toutes  les  catégories  de  salariés.  Le  combat   actuel  des  salariés  de  toutes  les  catégories  des  pays  du  Sud  de  l’Europe   est  aussi  le  nôtre.  C’est  pourquoi  l’UGICT-­CGT  entretient  et  s’efforce  de   développer  ses  partenariats  avec  ses  homologues  dans  tous  les  pays   européens.