Menu

On n'évalue pas le travail, on juge des personnes

Un suicide sur le lieu de travail dit toujours quelque chose de plus que la simple fragilité individuelle. Au technocentre Renault de Guyancourt, quatre tentatives en deux ans, (dont trois ont abouties à la mort) parlent forcément d’un profond malaise.

lundi, 05 février 2007 | Décryptages
Imprimer

La lettre .info

Mardi dernier, 800 des 12 000 salariés se sont rassemblés sur les lieux où un technicien s’est donné la mort le 22 janvier dernier. Il travaillait sur la documentation technique de la nouvelle Twingo. Le 20 octobre 2006, un ingénieur qui travaillait sur un projet Logan s’est jeté de 5 étages du bâtiment principal à une heure d’affluence. Pour la famille, il se sentait dévalorisé. Pourtant, il travaillait jour et nuit, week-end compris.

A la suite de ce suicide qui a marqué les esprits par sa violence, la direction de Renault a organisé une journée de formation afin de mieux identifier les situations de détresse… Un nouveau challenge… Prévenir le suicide sur le lieu de travail… ? Tout en pratiquant une dénégation constante de leur lien avec le travail et surtout avec le climat social dans lequel exercent ces milliers de salariés hautement qualifiés.

Pour le syndicat CGT du technocentre, « les manifestations du mal être au travail sont multiples : crises de larmes suite aux entretiens annuels, troubles du sommeil, dépressions, prise de calmants. Chez Renault, le management par le stress est devenu un mode de management naturel. Un salarié qui n’atteint pas ses objectifs est un salarié non performant. Un salarié non performant est un «mauvais ». Les « bons » doivent être récompensés et les « mauvais » sanctionnés.

Le « contrat 2009 » au travers de ses abus de management, de la pression qu’il produit sur l’ensemble des salariés, fragilise les repères sociaux de l’entreprise, les solidarités, le dialogue. Ceci tend à générer de l’isolement, de la solitude, de la peur, du désespoir. Chez Renault, on n’évalue pas le travail. On juge les personnes. Les salariés sont mis sous pression. Il ne s’agit pas seulement de charge de travail, mais aussi de charge mentale. »

Dans un excellent papier du Monde, le psychiatre Christophe Dejours corrobore cette analyse en affirmant : « le problème c’est qu’on n’évalue pas le travail, mais le résultat de ce travail. A partir de là, les méthodes d’évaluation sont des sources inimaginables d’injustice ». Et il ajoute « le suicide est une signature. Le lieu où il est commis est forcément significatif et s’adresse à quelqu’un ». Il s’adresse donc aussi à nous, aux organisations syndicales qui parfois sous-estiment la portée du signal par peur d’être accusées de récupération de ces drames humains. On ne peut pas laver le sang et recommencer à bosser comme si de rien n’était, laisser chacun affronter la peur au ventre, la morgue, le mépris, la contrainte jusqu’à la prochaine fois.

Ces suicides signent une gestion par le stress. Les salariés les plus qualifiés en sont souvent les victimes, mais ils sont aussi placés eux-mêmes en situation d’avoir à encadrer et évaluer. C’est aussi une part de leur responsabilité sociale que ces méthodes inhumaines engagent. La gestion par le stress, la prééminence du management financier au détriment de l’encadrement technique montrent ici dramatiquement leurs limites.