Menu

Réalité du dialogue social : des révolutions sont inéluctables

Réalité du dialogue social : des révolutions sont inéluctables

Le réseau Réalité du dialogue social a réuni à Paris, près de quatre-vingt, chefs et délégués d’entreprises, responsables syndicaux, représentants mutualistes, des DRH…pour assister à la présentation du livre de Marie José Kotlicki et Jean-François Bolzinger : « Pour en finir avec le Wall street management ». L’occasion d’un débat passionné témoignant de la pertinence du propos de l’ouvrage.

mardi, 25 mai 2010 | Décryptages
Imprimer

La lettre .info

Pour Jean-Paul Guillot, président de Réalités du dialogue social, réseau organisateur, rarement auditoire fut autant concerné. Les propositions développées par les auteurs, comme le droit de regard ou de contester la stratégie des entreprises, le droit de désaccord et à rendre public des propositions alternatives ont suscité de longs débats. L’arrivée massive de jeunes diplômés et la féminisation des cadres ouvrent de nouvelles perspectives dont les syndicats vont devoir tenir compte.


Réalité du dialogue social : « Pour en finir avec le Wall street management ». Des révolutions sont inéluctables

Les critiques sur le choix du titre sur l’emploi d’un vocabulaire jugé « outrancier » associant management et servitude, tyrannie ou pré fascisme, furent rapidement balayées par les différents intervenants : vocabulaire est en dessous d’une réalité plus dure encore. La notion même de Wall sreet management, témoigne des logiques purement financières, de la perte du sens, de la radicalisation du dialogue social et de la souffrance qui l’accompagne…

Pour le directeur général du groupe ITG (Institut du temps géré), Paul Brechot : « Wall street management n’est pas un abus de langage, car il y a une contamination culturelle auprès des entreprises. Aujourd’hui,  les acteurs de l’intermédiation financière, détiennent le pouvoir et l’ont prouvé à nos gouvernants qui ont la mémoire courte, en dépit de l’impact de la crise financière ».

Gérard Alezard, vice président honoraire du Conseil économique, social et environnemental, souligne l’originalité d’une analyse qui ne fait pas du management le bouc émissaire destiné à occulter la responsabilité des dirigeants et la finalité de l’entreprise. Pour lui, l’idée novatrice tient dans la volonté d’un droit de regard, de contester et de proposer des éléments sur la stratégie. Il s’agit de définir comment le dialogue social peut s’intégrer aux décisions sur la stratégie de l’entreprise.

Ainsi, le droit de refus et d’alternative reste au centre du débat comme un nouveau droit indispensable pour l’encadrement.

Pour Marie-José Kotlicky, secrétaire générale de l’ Ugict : « Le mode de management destructure le rôle des cadres et les managers dirigeants deviennent de simples exécutants chargés d’appliquer une batterie d’indicateurs quantitatifs ». En effet, éloignés d’un pouvoir de décision, ils n’ont plus aucune visibilité, ne sont pas consultés sur les objectifs et ne peuvent proposer d’alternatives. Pour eux, le choix est simple : se soumettre ou se démettre.

Alors, comment leur redonner une identité positive dans l’entreprise ?  L’Ugict travaille sur des droits nouveaux comme un droit d’alerte, exprimé publiquement. Il s’agit de garantir le rôle contributif du management au sein du collectif de travail.

De son côté, Jean François Bolzinger s’interroge le libre arbitre, déplorant qu’un cadre puisse se faire sanctionner sur sa carrière. L’aspect contributif doit s’inscrire dans le droit, un droit individuel garanti collectivement revendique-t-il. Le secrétaire général adjoint constate aussi que seul le rapport de force local et général permet l’exercice véritable des droits et  que le dialogue social dans l’entreprise, doit prendre en compte une approche globale, territoriale et environnementale. « Nous avons aussi intérêt à travailler sur ces questions dans les écoles d’ingénieurs, de management. En outre, la problématique doit dépasser les frontières, car si des lois internationales existaient pour faire valoir les droits des cadres, l’avancée serait considérable. Notre but : ouvrir les possibles. La solution sera collective » affirme Jean-François Bolzinger.

Pour conclure, Marie José Kotlicki revient sur l’objectif du livre : « Il ne s’agit pas de remplacer un système par un autre, les révolutions sont  inéluctables ».

Enfin : « Il va falloir que les syndicats bougent, s’intéressent à la gestion des entreprises,  fassent place à l’individualité tout en maintenant le collectif, portent des revendications sociales, économiques, environnementales » affirme Maire José Koltlicki.

 

Réalité du dialogue social (RDS) est un réseau qui regroupe des acteurs sociaux dont les syndicats (CFDT, CFE-CGC, CFTC, CGPME, CGT, FO, FSU, Medef, Unsa UPA) de grandes entreprises GDF, Total, La Poste, PSA etc. des mutuelles comme la Macif, des cabinets conseil, des acteurs de l’économie sociale. Le projet de RDS est de contribuer  à la rénovation du dialogue social, d’offrir un lieu de rencontre indépendant et autonome.
Lien vers le site fenetre sur l'europe