Menu
Dossier spécial Covid-19 : actus et références Voir

Engager la construction de l’«après» suppose de se dégager des orientations qui ont fait le lit de la crise actuelle et des contraintes qu’elles continuent à faire peser sur les politiques publiques et les priorités du privé.
En témoigne l’explosion du télétravail, les gestions numérisées de la vie quotidienne et du travail...
Reste qu’un «après» se prépare.
Le plan de relance de la Commission européenne en atteste, par l’importance des fonds dégagés et, surtout, par leurs conditionnalités, hétérodoxes vis-à-vis de la doxa néolibérale...
Comment mettre en perspective
ces enjeux en termes de libération sociale, de conquêtes de libertés nouvelles pour l’humanité ? L’ouvrage Abondance et Liberté. Une histoire environnementale des idées, ne semble nous éloigner de la question sociale que pour mieux y revenir.

-- juillet 2020 --

Pour cette édition exceptionnelle 100% dématérialisée, nous avons facilité l'accès à différents modes de consultation du numéro, pour vous permettre de vous concentrer sur les contenus, et ce en fonction de vos supports et de vos temps de lecture. Plutôt que de simplement publier une version numérisée du journal (que vous ne recevrez pas dans votre boite aux lettres ce mois-ci en raison du contexte sanitaire), nous avons choisi d'utiliser le numérique comme une opportunité, sans rien changer à la qualité des textes publiés.

-- juin 2020 --

Pour cette édition exceptionnelle 100% dématérialisée, nous avons facilité l'accès à différents modes de consultation du numéro, pour vous permettre de vous concentrer sur les contenus, et ce en fonction de vos supports et de vos temps de lecture. Plutôt que de simplement publier une version numérisée du journal (que vous ne recevrez pas dans votre boite aux lettres ce mois-ci en raison du contexte sanitaire), nous avons choisi d'utiliser le numérique comme une opportunité, sans rien changer à la qualité des textes publiés.

-- avril 2020 --

Chères amies, chers amis,

Ce numéro d’Options vous est accessible par internet, sous forme de Pdf. C’est qu’à temps exceptionnels, mesures exceptionnelles. Chacun comprend bien que réaliser un journal en plein surgissement du Covid 19 n’a rien eu de simple.

Il a fallu, avec les moyens du bord, arbitrer entre l’actualité sociale et l’urgence sanitaire, faire le choix de conserver notre dossier sur les médias – car la pandémie loin de suspendre les difficultés économiques et sociales, va les exacerber – tout en rendant compte des problèmes affrontés par le monde du travail et en analysant les enjeux de l’état d’urgence sanitaire décrété par le gouvernement.

Au vu d’une situation grave et terriblement évolutive, nous avons jugé judicieux de mettre ce numéro le plus vite possible à votre disposition.

N’hésitez pas à le faire circuler…Il va sans dire que nous reviendrons plus largement sur les réalités du travail au temps du covid 19 dans notre livraison d’avril.

Pour l’heure, l’équipe d’Options adresse son salut à celles et ceux qui vont malgré de grandes difficultés et risques, imprimer ce journal, le transporter et l’acheminer jusqu’à vos domiciles. Elle engage les lectrices, les lecteurs d’Options et leurs proches à une prudence lucide. En même temps qu’une bonne lecture, elle leur souhaite surtout bonne santé.

Pierre Tartakowsky, Rédacteur en chef d’Options

-- mars 2020 --

Le procès de france Télécom a mis en lumière la dangerosité du stress, singulièrement lorsqu’il relève d’une stratégie managériale qui considère comme négligeable la casse humaine.
Les risques psychosociaux continuent de s’étendre, à la manière d’un virus dont on voudrait minimiser à toute force le caractère mortifère.
C’est vrai dans l’industrie, les services et dans l’éducation nationale. Comment préparer les bases d’un après-france Télécom ? Une série de propositions permet d’envisager de façon cohérente la construction d’un filet de prévention et de sécurité appliqué à la protection de la santé et de l’environnement. À condition que les salariés en fassent leur affaire et que les organisations syndicales puissent pleinement jouer leur rôle en la matière.

-- février 2020 --

Dissimuler, temporiser, cogner
Au moment où nous écrivons ces lignes, le conflit autour
 du système de retraites est en cours et son issue reste ouverte, pour le meilleur ou le pire. La table ronde qui clôt ce dossier revient sur le temps long duquel il émerge. Dans le temps court, il est utile de s’attarder sur les trois piliers qui ont fondé l’action gouvernementale au début du conflit, de sa phase « froide »
à sa phase « chaude », à destination tant de l’opinion publique que des organisations syndicales.
Les mauvais points de l’universel...
Comme dans le 1984 d’Orwell, les protestations de justice, d’égalité et d’équité du gouvernement doivent être entendues
à l’inverse de leur sens premier. De fait, au-delà des battages d’estrades, le système de retraites à points engendre une logique d’individualisation qui intoxique tous les champs d’application de la solidarité. Dans ce système, étroitement dépendant des marchés financiers, la valeur du point joue le rôle de variable d’ajustement ; dans un contexte de vieillissement démographique, elle est mécaniquement condamnée à la baisse.
Retours sur un conflit sans précédent
Comment penser et inscrire cette grève et la mobilisation sociale qui l’accompagne dans le fil des mobilisations précédentes
et dans le contexte économique et politique ? Comment évaluer le rôle du mouvement syndical, avec ses convergences et ses lignes de fractures, son rapport aux formes d’action, à la négociation et aux alliances sociales ?

-- janvier 2020 --

Le sans fin du toujours moins
Ce n’est pas parce qu’ils travaillent bien qu’ils ne doivent pas faire l’objet d’économies. Le propos résume la philosophie gouvernementale à l’égard des services publics. À Radio France, de trajectoires financières non respectées en plans stratégiques, la logique financière s’oppose ainsi à celle de l’entreprise et semble sans fin. Confronté à un plan stratégique de 40 millions d’économies supplémentaires pour financer à la fois les investissements dans la transition numérique et faire face à « l’augmentation mécanique des charges », le Snj-cgt met en avant l’existence d’autres approches budgétaires possibles.

-- décembre 2019 --

La liberté d’expression reste un enjeu sous haute tension au sein de l’entreprise, et singulièrement pour les cadres. Pris dans une définition de simples « porteurs de stratégie » ils se voient dépossédés de leur responsabilité. L’éthique n’est pas de mise, et les salariés isolés qui ne s’y résolvent pas se retrouvent dans la peau du lanceur d’alerte.

Cette réalité, le syndicalisme européen s’en est saisi, obtenant notamment, et avec d’autres partenaires de la société civile, un cadre législatif porteur d’avancées mais aussi de limites. La transcription d’une directive européenne va fournir la possibilité d’aller plus loin.

L’enjeu s’inscrit dans un contexte où, face à la logique du secret des affaires et aux pressions qui s’exercent sur les journalistes, la liberté d’expression reste plus que jamais à défendre.

-- novembre 2019 --

Le syndicalisme est aujourd’hui à la croisée de multiples démarches qui visent à en amoindrir le rôle et la portée. Alors que la « répression quotidienne » continue de sévir, une série de lois engagées ces dernières années visent à limiter, à restreindre ou à domestiquer les libertés fondamentales liées à l’exercice syndical. Au-delà, ce sont les solidarités collectives qui sont en ligne de mire. Pour autant, ces agressions percutent l’aspiration croissante des salariés à s’exprimer, à s’organiser, à peser sur leur travail, son organisation et ses finalités.

Ainsi, même dans le cadre restreint du cse, les élections voient surgir de nouveaux visages, de nouvelles énergies militantes. table ronde avec caroline Blanchot, Jérémie Jaeger et Alexis Monnet, animée pour options par Martine Hassoun.

-- octobre 2019 --

Une vision globale, des réformes partielles, une cohérence.


Quoi de commun entre la réforme de l’Ena, la réforme de retraites, le « droit à l’erreur », la misère des services d’urgences hospitaliers et la convergence numérique appliquée aux services publics ? Tous ces éléments participent, comme ceux d’un puzzle, d’un ensemble éclaté mais cohérent : la réforme de l’État. Déjà mis en œuvre ou en voie de l’être, ces projets s’inscrivent dans une transformation de la Fonction publique aux allures de grand chambardement. C’est que la philosophie dont ils procèdent est en rupture totale avec celle de l’État social, même avec toutes ses limites. Considéré comme une entreprise, géré comme tel, l’État est sommé de remplacer la notion d’intérêt général par celle de compétitivité...

-- septembre 2019 --

Planète intégrale
Dans les révolutions du travail
Monde, points de vue syndicaux

À l’occasion du 52e congrès confédéral de la Cgt, 107 syndicalistes venus de 70 pays ou territoires et représentant quelque 90 organisations ont pu échanger réflexions, analyses et expériences. Ces échanges ont donné lieu à plusieurs tables rondes tournant autour des révolutions du travail dans un contexte mondialisé et contrasté. En organisant ces débats, la Cgt entendait souligner le besoin de solidarités et de luttes face à des problématiques quasiment identiques d’un bout à l’autre de la planète, et favoriser des stratégies qui dépassent les seuls cadres nationaux, dans une perspective internationaliste.

-- juillet 2019 --

Un syndicalisme de transformation sociale
Après avoir souhaité la bienvenue aux délégations syndicales venues des quatre coins de la planète, aux délégués français et à leurs syndicats, Philippe Martinez, à partir d’un bilan de la période écoulée, a analysé sans complaisance l’activité de la CGT et les mutations qui restent à effectuer au regard des grands défis de la période.

-- juin 2019 --

Le sondage réalisé par viavoice pour le baromètre annuel de l’Ugict éclaire la place centrale de la question de la reconnaissance sur un triple terrain : social, salarial
et managérial. Cette triple aspiration se heurte aux politiques publiques et privées mises en œuvre à l’encontre de la qualification.

À la ratp, les techniciens se retrouvent ainsi à la peine. Occupant des postes aux profils plus fluctuants que d’autres, en interface entre opérateurs et cadres, ils se voient sommés d’assurer un large éventail de tâches, une polyvalence non valorisée.

Cette «communauté interprofessionnelle de destin » renvoie pourtant à une conscience morcelée. Comment alors, cristalliser une identité collective ?

-- avril 2019 --

Procès France télécom, à l’ombre du désespoir

À délit d’ampleur, procès hors norme. Le 6 mai, le tribunal de grande instance de Paris jugera une affaire ayant débouché sur le suicide de plus de 60 salariés entre les années 2006 et 2009. Sur le banc des accusés, Didier Lombard, alors directeur exécutif de France Télécom et, à ce titre, chargé des ressources humaines, ainsi qu’Olivier Barberot, ancien directeur général adjoint de l’entreprise, auront, avec quatre autres cadres, à répondre de harcèlement moral et de complicité de harcèlement.

-- avril 2019 --

L’égalité professionnelle en justice
En avril prochain, la cour d’appel de Paris se déterminera sur une affaire qui pourrait faire date. Porté par le syndicat Ufict-Cgt d’Ericsson France, c’est l’une des rares jamais portées devant les tribunaux pour imposer le droit à l’information sur la perspective d’une revendication primordiale : l’égalité professionnelle entre les femmes et les hommes. Ce domaine est le seul que la loi considère d’ordre public. Le seul aussi que le législateur a voulu contraignant, imposant pour ce faire aux employeurs de mettre à la disposition des représentants du personnel des éléments précis et circonstanciés.

-- février 2019 --

Europe, une leçon de complexité
Les comparaisons internationales se prêtent souvent à des raccourcis hâtifs. S’agissant des réformes de retraites, les modèles des pays voisins ne peuvent être dupliqués sans considérer les contraintes dans lesquelles évolue telle ou telle société. Le tour d’Europe des mécanismes de prévoyance et/ou de solidarité auquel se livre cette table ronde en fournit une claire démonstration. Il milite pour éviter le piège des solutions faciles et des approches strictement techniques alors que l’enjeu est d’abord et avant tout politique.

-- janvier 2019 --

Un travail de terrain, des terrains de travail...
Lors des Rencontres d’Options tenues le 22 novembre au théâtre Traversière, à Paris 12e, l’Ugict-Cgt s’est confrontée, avec le soutien de l’Agence nationale pour l’amélioration des conditions de travail (Anact), aux retombées de la révolution numérique. Deux années de travail, des enquêtes approfondies et des questionnaires individuels et collectifs ont permis de recueillir 300 témoignages de femmes et d’hommes cadres, managers, experts, chefs de projets, chefs d’équipes, dans de nombreux secteurs – industrie, énergie, banque, services, édition, journalisme. Un regard très riche sur l’organisation du travail, les métiers et leur évolution, les besoins, les attentes.

Le tango paradoxal de l’individu et du collectif
La transformation numérique crée une nouvelle mise à distance des salariés, mais peut aussi permettre de restaurer des collectifs de travail abîmés. Cependant, trois ans après que le rapport« Transformation numérique et vie au travail » a été remis à la ministre Myriam El Khomri, le bilan reste mitigé. À peine une centaine d’accords sur le droit à la déconnexion ont été signés, et de qualité très inégale. En outre, des enquêtes montrent que le management de proximité est plus fatigué que jamais, et les signaux d’alerte qui remontent de la médecine du travail attestent d’un état d’épuisement lié à un usage excessif des outils numériques.

Progrès et numérique, avancées cas par cas...
Trois études de cas dans l’industrie et dans les services attestent des possibles et des difficultés, confirmant que si rien n’est jamais acquis, rien n’est non plus fatal. Encore faut-il savoir interroger la pertinence de l’investissement, impliquer de façon centrale les représentants du personnel et, avec eux, les institutions représentatives du personnel, acteurs et structures clefs dans la mise en œuvre et le développement des nouvelles technologies. Sans leur présence, rien n’est possible et l’investissement formation, essentiel pour faire du numérique un axe de progrès, ne peut être effectif.

-- décembre 2018 --

Ça va vous soulager...
Sans corps ni visage, les robots se font une place sans crier gare. Chloé et Watson en font partie. Le premier, implanté dans le groupe Bpce, Banque populaire et Caisse d’épargne, a été installé par étapes sur les postes de travail sans que jamais les personnels n’aient été informés précisément de la nature de l’outil qui allait s’imposer à eux. L’implantation de Watson dans onze des caisses du groupe Crédit mutuel a suivi à peu près la même procédure. Jamais nommé, jamais explicité, l’algorithme a été mis en place pour améliorer les conditions de travail...

Des moyens désespérément très moyens
Quatre grands témoins se penchent sur les maux qui accablent la recherche : absence aussi bien d’une stratégie industrielle que d’une stratégie digne de ce nom ; financements publics qui ne suivent pas, pas plus que les investissements sur fonds propres des grandes entreprises dans la R&D. L’absence de contrôle, qui rend impossible de répondre précisément à cette question, aura permis aux grands groupes de faire ce qu’ils voulaient et comme ils le voulaient, au prix d’un recul de l’emploi scientifique, de la baisse d’attractivité des carrières et d’un démantèlement planifié, systématisé.

L’humanité au défi d’elle-même
L’irruption de machines capables de dépasser, voire de remplacer l’homme dans certaines fonctions, y compris cognitives, oblige l’humanité à se réinterroger. Aujourd’hui, elle est en capacitéde créer des machines qui peuvent résoudre des problèmes complexes et prendre des décisions plus vite et mieux qu’elle. Tout cela pousse à réinterroger ce qui définit la spécificité de l’intelligence humaine et à déterminer en quoi l’IA peut libérer les salariés des tâches répétitives, réduire le temps consacré au travail, et développer la créativité.

-- novembre 2018 --

L’économie numérique s’impose plus vite qu’on ne pourrait le penser, et elle ne relève plus
du « management-fiction ». Quelles seront, dans ce contexte les priorités du syndicalisme ?

D’ores et déjà, le projet d’« entreprise libérée » prépare une relève face
à l’épuisement du modèle taylorien du lean. L’idée étant de reconfigurer fondamentalement les relations de travail en sautant la case « cadres ». Un remède qui pourrait s’avérer
 aussi délétère que le mal...
Dans ces restructurations, les conflits jouent un rôle central. table ronde avec Karim Lakjaa, secrétaire de l’Ufict-cgt du Grand Reims, Jean-Luc Molins, secrétaire de l’Ugict-cgt, et Catherine Vincent, chercheuse à l’Ires.

-- octobre 2018 --

Guidées par l’obsession de la réduction des coûts et le détricotage de l’État, les réformes, dans les trois fonctions publiques, tentent d’imposer de nouvelles doctrines d’emploi et de management.

-- septembre 2018 --
<< Début < Précédent 1 2 3 4 5 Suivant > Fin >>