Menu
Dossier spécial Covid-19 : actus et références Voir

Options 656 : [Télétravail] À l'ombre du coronavirus

Options 656 avril 20

Pour cette édition exceptionnelle 100% dématérialisée, nous avons facilité l'accès à différents modes de consultation du numéro, pour vous permettre de vous concentrer sur les contenus, et ce en fonction de vos supports et de vos temps de lecture. Plutôt que de simplement publier une version numérisée du journal (que vous ne recevrez pas dans votre boite aux lettres ce mois-ci en raison du contexte sanitaire), nous avons choisi d'utiliser le numérique comme une opportunité, sans rien changer à la qualité des textes publiés.

mardi, 28 avril 2020 | Options

Partager :

Imprimer

 

Décrouvrir l'édition numérique d'Options n°656 d'avril 2020 en accès libre numérique sur syndicoop.fr/options

 

 

Vous pouvez : 

  • sur ordinateur fixe, lire le journal à l'écran, en tournant les pages comme si vous l'aviez entre les mains. Vous pouvez les lire dans l'édition numérique, ou cliquer sur l'article qui vous intéresse pour accéder aux textes en "mode lecture", pour une navigation épurée, plus reposante et agréable
  • sur tablette ou mobile, pour la majorité d'entre vous, donc, vous pouvez privilégier la lecture "e-book", le "mode lecture" à l'écran directement
  • si vous utilisez une liseuse intégrée à votre appareil, vous pouvez y télécharger le .pdf du journal ou les articles qui vous intéressent 
  • si vous  avez un compte syndicoop, vous pouvez enregistrer les lectures qui vous intéressent pour y revenir plus tard,
  • sur tablette ou mobile sous Android et iOS, vous pouvez installer l'application Options sur votre écran d'accueil sans passer par un Store, pour y revenir plus tard dans un format intégré et hors connexion.

 

Enfin, comme toutes les archives d'Options depuis bientôt 10 ans,  le numéro est disponible sur le Kiosque participatif syndicoop, et sur la liseuse web Issuu.

 

Bonne lecture !

 

Dossier : 

 

Un « après » déjà là…

Confinement aidant, le télétravail s’est imposé avec une évidence indiscutable du fait de ses avantages propres : rapidité, facilité… Le gouvernement en a fait une promotion vigoureuse, jusqu’à le hisser au rang de panacée. Et la vitesse avec laquelle nombre de salariés se sont inscrits dans cette nouvelle organisation du travail exprime sans doute aussi leur volonté de ne pas subir, de combattre la crise sanitaire en « continuant » comme avant, même différemment. Mais soyons lucides : l’épidémie porte aussi en elle nombre d’« effets d’aubaines », sous couvert de basculer dans une supposée modernité. L’« après » promis devient alors problématique.

Marche forcée et besoins de régulation

On expérimente les mécaniques du télétravail, on connaît ses avantages comme ses inconvénients. On sait les besoins d’encadrement qui découlent de ces tensions, surtout lorsque le passage s’opère à marche forcée. Il est bon de rappeler à cet égard que la France s’est toujours abstenue de signer l’unique convention internationale visant à encadrer le sujet…

Solutions d’urgence ou nouvelle norme ?

La promotion du télétravail, dans le contexte actuel, est à hauts risques. Le premier tient à l’inégalité face au virus entre ceux qui peuvent télétravailler et ceux dont le métier exclut cette possibilité.  Le second concerne toutes celles et ceux qui, pour une raison ou une autre, se situent du mauvais côté de la fracture numérique  et se trouvent, de fait, exclus d’un grand nombre de droits, de procédures, de recours, bref, de possibles… Enfin, il apparaît assez clairement que ce qui se met en place comme solutions d’urgences dans les entreprises, dans les services, dans l’Éducation nationale comme dans la santé, risque de devenir une norme organisationnelle pour l’ensemble du corps social.

Dire aujourd’hui les mutations en cours

D’où l’importance, pour le syndicalisme, d’analyser aujourd’hui, et non demain, ce qui est en gestation, à défendre la santé mentale et physique de celles et ceux qui y sont confrontés. C’est le sens de la décision de l’Ugict-Cgt de lancer une enquête sur les conditions de travail et les moyens mis à disposition des personnels de l’encadrement pour l’exercice de leurs responsabilités. Coconstruite avec les syndicats Cgt de la Dares (ministère du Travail) et de la Drees (ministère de la Santé), elle permettra de donner substance aux axes revendicatifs qu’exigent l’encadrement du télétravail, le respect de l’équilibre vie professionnelle-vie privée, la nécessité d’un droit d’intervention, de retrait ou d’alerte.

 

Découvrir l'édition numérique d'Options n°656 d'avril 2020 en accès libre numérique sur syndicoop.fr/options

La lettre .info