Menu

De la Défense à l’attaque

17 juin La Défense

L’initiative du 17 juin à la Défense, organisée par la Cgt et son Ugict, est un succès. Le village ouvert, au cœur d’un lieu symbolique du travail qualifié et de la finance, a permis un rassemblement interprofessionnel de plus de 1 200 salariés.

lundi, 29 juin 2015 | Editos d'Options et dans Options numéro 608à lire en ligne ici
Imprimer

La lettre .info

Pour l’Ugict, au-delà de la prise en compte de leur vécu, être la référence syndicale des Ict consiste à ouvrir des pistes concrètes qui changent la donne de leur travail.


Les témoignages d’expériences et d’actions du syndicalisme spécifique, les stands professionnels et thématiques innovants ont donné une force inédite à cette initiative, en démontrant qu’il est possible de restituer aux Ict leur rôle d’auteur et acteur dans l’entreprise.


Il s’agit aujourd’hui de faire valoir une conception ouverte d’un syndicalisme qui donne les moyens de se défendre, de se faire entendre, de reconquérir la maîtrise du travail, la liberté d’utilisation des Tic, le respect de son éthique professionnelle. Il rompt avec le syndicalisme par procuration.


Les Ict attendent une redéfinition et une reconnaissance de leur place et de leur rôle dans l’entreprise. L’Ugict tire la sonnette d’alarme et demande la mise en place d’un statut pour les salariés qualifiés à responsabilités qui leur permettrait d’exercer leurs responsabilités sociales, leur rôle contributif dans l’entreprise et d’exprimer publiquement un droit au désaccord sur la stratégie de l’entreprise ou de dénoncer sans sanction des faits délictueux. Cette initiative lance notre bataille pour la promotion du travail qualifié. La campagne sur les salaires de la Cgt est un support pour gagner sur l’enjeu de la reconnaissance des qualifications.


Répondre ainsi aux aspirations des Ict, c’est aussi transformer la conception de la hiérarchie et des rapports sociaux dans l’entreprise, combattre le « descenseur social » et développer le progrès pour tous.


C’est une façon de reconstruire une cohésion sociale dans l’ensemble du monde du travail et de rejeter le partage de la pénurie entre les salariés.


L’enjeu de la cohésion sociale est aussi au rendez-vous dans les négociations sur les retraites complémentaires. Au-delà d’une diminution drastique des droits à retraite, le Medef souhaite en finir avec un régime solidaire par répartition. C’est tout l’objet de la fusion Agirc-Arrco envisagée qui lui permettrait de supprimer l’Agirc, de déstabiliser ainsi le statut cadre et de créer un régime unique à cotisations définies.


Nous avons l’été pour informer les salariés sur les enjeux et nos propositions de financement des régimes complémentaires en maintenant l’intégralité des droits sociaux.


Alors passons à l’attaque en faisant signer massivement la pétition Agirc-Arrco pour le 16 octobre et recaler définitivement le Medef.

 

Marie-José Kotlicki
Secrétaire générale de l’Ugict-Cgt
Directrice d’options