Menu

Gagner ensemble

questions

L’enjeu de la construction d’un mouvement social victorieux, au cœur des interventions des congressistes, a donné le ton du 51e congrès confédéral.

lundi, 02 mai 2016 | Editos d'Options et dans Options numéro 616à lire en ligne ici
Imprimer

La lettre .info

Comment rythmer les temps forts interprofessionnels, articuler les luttes locales, professionnelles et le mouvement social, décider de la forme de lutte la plus efficace pour rassembler le plus grand nombre, en n’excluant aucune possibilité, y compris la construction de grèves reconductibles.

Des luttes tenaces et victorieuses, comme celle de Fralib, ont démontré que l’on pouvait mettre à bas les diktats de multinationales comme Unilever. Le contraste est fort avec les gouvernements qui abdiquent et jouent aux impuissants en négociant dans l’ombre un nouvel accord commercial soumettant l’Europe aux multinationales américaines. Le congrès a ainsi pu mesurer concrètement le pouvoir de chaque lutte et la nécessité de développer à l’échelle internationale une Ces et une Csi offensives et vigilantes à l’intérêt des travailleurs. Ces orientations rejoignent la bataille que mène l’Ugict avec d’autres organisations, dont le Dgb,  contre la mise en place de la directive européenne sur le secret des affaires, après l’affaire des Panama Papers et en plein procès LuxLeaks. Les délégués au congrès ont clairement témoigné d’une volonté d’en découdre et de mener des luttes gagnantes face à la finance mondialisée.

Nous sommes face à trois défis majeurs :

– Amplifier notre démarche revendicative.
Si la mobilisation sur le retrait du projet de loi travail est importante, elle recoupe des inégalités selon les secteurs professionnels et requiert d’impulser partout des assemblées générales de salariés, d’organiser des diffusions massives sur les lieux où la Cgt n’est pas implantée, confortant ainsi la victoire à portée de main. Obtenir le retrait de la loi El Khomri permettrait d’ouvrir des perspectives pour ne pas en rester au statu quo et changer la donne du vécu au travail, en poussant à l’émergence de nouveaux droits. Ainsi la question du temps de travail a été portée par de nombreux intervenants. Elle constitue non seulement un enjeu de santé publique majeur mais aussi une nécessité sociale et économique permettant à toutes et tous de mieux travailler. En pleine révolution numérique, cette attente fait écho au droit à la déconnexion impliquant une transformation de l’organisation du travail et le suivi de la charge de travail, la promotion du travail en équipe, une mise à plat des emplois et des plages de trêve de mails négociées sur les lieux de travail. Les forfaits-jours, concernant 56 % des cadres, sont de plus en plus combattus. Effaçant tout décompte horaire, ils sont contre-productifs et placent souvent les entreprises dans l’illégalité en ce qui concerne le respect de la santé des travailleurs.

– Conquérir de nouveaux droits répondant aux exigences démocratiques.
L’appétence à s’exprimer et à cultiver son esprit critique sont des éléments essentiels de la démocratie. Cette volonté conforte la revendication portée par l’Ugict d’un droit de refus et d’alternative face à l’épée de Damoclès du devoir de loyauté qu’imposent les directions patronales à l’ensemble des Ict. La pétition citoyenne ou la création de Nuit debout, dans la dynamique d’un mouvement social, illustrent les exigences d’une nouvelle façon de gouverner, d’animer, de diriger, de rechercher les formes pour que chacun s’exprime.
Les mouvements d’humeur spontanés à l’encontre d’invités comme le PS ou la Cfdt, au-delà du politiquement incorrect, démontrent surtout l’impératif besoin de cesser de gouverner en politique ou de diriger syndicalement à partir d’une conception centralisée et autiste en rupture avec le vécu et les aspirations des syndiqués et salariés, et ce dans leur diversité. Imposer d’en haut, à partir d’une logique d’appareil surfant sur la légitimité d’une élection, sera de fait voué à l’échec quelles que soient les manœuvres politiciennes en vigueur. C’est pourquoi la bataille pour le retrait du projet El Khomri s’enracine dans des exigences à la fois sociales et citoyennes. C’est pourquoi, au-delà des décisions confédérales, des militants, des syndicats Cfdt se retrouvent aux côtés des manifestants. Il n’existe pas de loi d’airain qui puisse à terme fonctionner contre la démocratie. Ce constat doit nous aider à faire vivre et renforcer une conception du syndicalisme qui prône la défense des intérêts du salariat dans toutes ses composantes, qui renoue avec le progrès social et économique en plaçant les syndiqués, forces de propositions, et les salariés, au cœur des décisions qui les concernent. L’exercice n’est pas si simple quand il faut former, informer les syndiqués, être représentatif du salariat et pratiquer des consultations de masse des salariés, ceux-ci décidant en dernier ressort sur la base des propositions des syndiqués de leurs revendications comme des formes d’actions. Le 51e congrès en a débattu et réaffirme cette démarche syndicale.

– Franchir un cap dans la syndicalisation de masse du salariat, tel qu’il est, pour développer une démarche syndicale de rassemblement avec tous ceux qui portent des revendications des salariés. La carte syndicale permanente est un nouvel outil décidé. Le document d’orientation conforte la nécessité d’organiser partout l’activité spécifique aux Ict et d’avoir des candidats dans tous les collèges cadres. La syndicalisation des autoentrepreneurs et des travailleurs autonomes du numérique est aussi pointée comme un enjeu important. Plusieurs délégués au congrès ont souligné sur la base de leur expérience l’intérêt et la pertinence de s’organiser Ugict.

Que ce soit sur la résolution comme sur la syndicalisation ou selon les thèmes revendicatifs abordés, l’Ugict-Cgt est en phase avec cette démarche syndicale visant le rassemblement du salariat et bénéficie, aujourd’hui, avec le document d’orientation adopté, de nouveaux outils et points d’appui pour un déploiement significatif de la Cgt chez les Ict.

Marie-José Kotlicki
Secrétaire générale de l’Ugict-Cgt
Directrice d’options