Menu

Pour le changement, l’action c’est maintenant !

Pour le changement, l’action c’est maintenant !

Mai 2012 voit le monde du travail et les peuples européens s’opposer sérieusement aux ambitions de la finance.

mardi, 29 mai 2012 | Editos d'Options à lire en ligne ici
Imprimer

La lettre .info

En France, l’élection de François Hollande doit beaucoup au mouvement de 2010 pour la défense de la retraite à soixante ans. Une mobilisation massive qui s’est enracinée dans les esprits et inspire les luttes actuelles contre la crise.

Les Grecs, quant à eux, rejettent par les urnes l’austérité imposée par le Fmi et l’Union européenne. En Allemagne, les luttes débouchent sur des augmentations salariales significatives: plus de 6% dans les services et dans l’industrie. Enfin, la mobilisation s’amplifie en Espagne.

Partout, l’heure est à la mise en cause des pleins pouvoirs de la finance et à la recherche d’alternatives.

L’Union européenne apparaît comme un véritable nain politique, diplomatique ou militaire. Sans politique industrielle et de recherche cohérente, incapable de sortir la Grèce de la crise, c’est une Europe sans avenir, qui ne pourra être réorientée que par une tout autre place du monde du travail et des peuples.

En France, avec un Front national en embuscade, le chantier du changement s’ouvre comme un terrain de luttes, sur tous les volets de ce qui constitue notre démocratie. Dès à présent, l’urgence est à investir les débats de contenu du changement, en visant des conquêtes sociales.
François Hollande a annoncé deux priorités: la lutte contre les inégalités et la jeunesse. Nous avons déjà trop souffert des politiques qui ne s’attaquent pas à la répartition des richesses entre le capital et le travail et ignorent les inégalités de patrimoine. L’objectif reste une juste répartition des richesses et des efforts, avec une vraie reconnaissance des qualifications. Le progrès social et solidaire s’impose comme ligne directrice.

La jeunesse de notre pays, dont le taux de natalité reste le plus haut d’Europe, connaît une forte élévation des qualifications mais, au lieu de se voir accorder la place qu’elle mérite, elle est sacrifiée. La campagne de l’Ugict-Cgt et de l’Unef, avec ses dix mesures pour l’emploi et l’insertion des jeunes diplômés qui pourraient s’inscrire dans une loi-cadre pour la jeunesse, vise à casser le dumping social. Son autre volet veut stimuler l’action pour faire reconnaître le Lmd (licence-mastère-doctorat) dans les conventions collectives et dans les entreprises pour obtenir des engagements d’embauche.

C’est en travaillant le rapport de forces, qui vient de se modifier au plan politique, que nous pouvons le rendre effectif dans notre quotidien. C’est ce que vient de décider la Cgt en investissant tous les thèmes de la conférence nationale pour la croissance et d’emploi annoncée par le nouveau gouvernement pour le mois de juillet. Résistance aux choix de crise et investissement des lieux de négociation et d’intervention avec des propositions transformatrices sont pleinement d’actualité.

Jean-François BOLZINGER
Secrétaire général adjoint de l’Ugict-Cgt