Menu

Qualification contre “low cost”

Qualification contre “low cost”

Le Medef remet toujours en selle la droite française lorsqu’elle est en difficulté. Son pacte national de croissance et d’emploi, associé à la demande d’un moratoire de tous les projets de loi touchant l’économie et l’entreprise, est un programme de guerre totale contre le monde du travail au profit de la finance.

vendredi, 22 novembre 2013 | Editos d'Options et dans Options numéro 591à lire en ligne ici
Imprimer

La lettre .info

Il est d’autant plus dangereux que le président de la République et son gouvernement persistent dans leur politique libérale d’austérité, anticipent et dépassent les desiderata de la commission européenne, de la Bce, bien que le Fmi reconnaisse désormais l’impact négatif de l’austérité sur la croissance.

Le mécontentement est à son comble, à la mesure des chiffres du chômage, de la baisse du pouvoir d’achat ou du nombre de plans de sauvegarde de l’emploi (mille en un an). Et lorsque les patrons, grands et petits, attisent les braises avec des comportements poujadistes de refus de l’impôt ou des cotisations sociales, le climat devient délétère et la confusion brouille toute réflexion sur la sortie de crise.

La mobilisation unitaire (Cgt, Cfdt, Solidaires, Cftc, Unsa, Cgc et Fsu) pour l’avenir de la Bretagne, portée par la proposition d’un pacte social, est un acte fort rejetant le populisme patronal et exigeant du gouvernement un changement de cap.

De la même manière, les organisations territoriales et professionnelles de la Cgt viennent de décider, avec la Confédération, de poursuivre l’action sur les retraites et de construire une puissante journée d’action interprofessionnelle et unitaire, dès janvier2014, pour tourner le dos à l’austérité.

Que ce soit sur les salaires ou l’emploi, l’industrie ou les services publics, les ingénieurs, cadres et techniciens ont toutes les raisons de s’inscrire dans cette dynamique d’actions coordonnées.

Les luttes actuelles, comme celle des sages-femmes pour la reconnaissance salariale de leur qualification, de leur diplôme bac plus cinq et pour des moyens humains garantissant une naissance de qualité sur le territoire, révèlent les attentes de l’ensemble des professions cadres et techniciennes, des jeunes diplômés aux seniors.

Notre exigence sur la reconnaissance des qualifications et des salaires n’est-elle pas le meilleur moyen d’inverser le Wall Street management? N’est-elle pas le meilleur moyen de mettre en valeur l’utilité sociale de notre travail, appuyée sur des moyens et sur la liberté de l’expression professionnelle ?

Notre professionnalisme est aujourd’hui attaqué de toutes parts dans la volonté de mettre en place une société low cost. Agir pour sa défense est un levier essentiel de la sortie de crise.


Jean-François BOLZINGER
Secrétaire général adjoint de l’Ugict-Cgt