Menu

S’engager pour le progrès

Rouages-équipe

L’euromanifestation du 4 avril à Bruxelles s’impose comme une étape inédite dans la bataille pour sortir l’Europe de l’impasse de l’austérité.

mardi, 29 avril 2014 | Editos d'Options et dans Options numéro 596à lire en ligne ici
Imprimer

La lettre .info

Avec 80 syndicats, plus de 50 000 manifestants, dont 7 500 militants Cgt, cet « événement » social international s’appuyait sur des mobilisations nationales nombreuses et fortes. Ainsi, le 22 mars, des centaines de milliers d’Espagnols avaient défilé à Madrid contre l’austérité. Le 9 avril, une grève générale se déroulait en Grèce. En Allemagne, les revendications salariales se multiplient.


La Confédération européenne des syndicats (Ces) propose une campagne d’interpellation des candidats aux européennes sur un plan d’investissement de 2 % du Pib annuel sur dix ans et un pacte social pour l’Europe. Alors que le patronat cherche à cliver les salariés, à orchestrer le dumping social, l’ensemble des organisations syndicales affiche sa capacité à proposer des alternatives.


Après avoir nourri le fatalisme et récolté une sanction d’ampleur aux municipales, le Président français et son gouvernement confirment leur politique d’austérité et de soumission au Medef. L’exonération pour les salaires inférieurs à 1,6 smic va venir amplifier l’effet « trappe à bas salaires » et jouer contre la reconnaissance des qualifications des ingénieurs, cadres et techniciens (Ict).


En France, comme en Europe, une réorientation profonde des politiques s’impose. Elles doivent désormais répondre aux besoins et aux attentes des salariés et des peuples. C’est dans cette perspective que va se dérouler le 17e Congrès de l’Ugict-Cgt, du 20 au 23mai à Dijon, sur le thème « S’engager pour le progrès ».


La situation des Ict est, en effet, à un tournant. Soit les politiques et les logiques de financiarisation continuent de casser le professionnalisme et de sacrifier le travail qualifié, vouant notre pays à un avenir low cost et au déclin, soit nous parvenons à mobiliser nos atouts pour sortir de la crise en renouant avec le progrès sous toutes ses facettes : social, économique, technologique, industriel, environnemental, humain…
Alors que les salariés qualifiés à responsabilités constituent aujourd’hui 47 % du salariat, un nouveau statut de l’encadrement – incluant cadres, professions intermédiaires, jeunes diplômés – est indispensable pour reprendre la main sur notre travail et sur l’entreprise. L’urgence est de gagner un progrès général pour l’ensemble du salariat, hommes et femmes. Un progrès durable pour le pays.


Voilà pourquoi la bataille pour la reconnaissance des diplômes et des qualifications dans le salaire et les responsabilités, la défense et la consolidation d’un système de retraite hors capitalisation, une réforme fiscale juste et efficace qui s’attaque au capital sont des enjeux actuels.


L’Ugict veut être un espace humain de liberté dans l’entreprise et proposer l’organisation collective de proximité en réponse aux tentatives permanentes d’individualiser davantage les Ict dans leur travail. La revalorisation et la réhabilitation du travail qualifié pour un progrès d’ensemble sont les défis auxquels veut répondre notre syndicalisme.


Marie-José KOTLICKI
Secrétaire générale de l’Ugict-Cgt
Directrice d’Options