Menu

Un combat d’avenir

Poings

La montée de l’extrême droite s’appuie, en partie, sur l’absence de perspectives de progression pour les catégories populaires et d’inversion de l’ascenseur social, à la peine depuis de longues années, pour les ingénieurs, cadres et techniciens.

lundi, 23 mars 2015 | Editos d'Options et dans Options numéro 605à lire en ligne ici
Imprimer

La lettre .info

La montée du populisme se nourrit aussi de la délinquance de patrons et de responsables politiques qui se placent au-dessus des lois, quelquefois révélée par des lanceurs d’alerte bien mal protégés par la législation.

Dans son obsession à se mettre en conformité avec ce qu’il croit encore être l’unique alternative, le gouvernement pousse une loi Macron qui sape les droits des salariés.

Cette situation implique le développement de luttes au cœur des entreprises et un mouvement social d’ampleur. La mobilisation nationale intersyndicale du 9 avril contre l’austérité doit contribuer à cette construction.

Le choix du peuple grec de contrer les exigences financières des institutions de Bruxelles et du Fmi et les luttes des peuples d’Europe fissurent la chape de plomb des diktats financiers. Et ces actions ont contribué à desserrer les contraintes monétaires de la Bce.

La baisse de l’euro et du prix du pétrole provoquent un frémissement de croissance. Alors l’enjeu est de peser sur son contenu : servira-t-elle un progrès social et économique durable ou s’évaporera-t-elle dans des bulles spéculatives destinées à alimenter les paradis fiscaux ?

Dans un contexte où la valeur du travail disparaît derrière la financiarisation de l’économie, c’est de la reconnaissance des qualifications, d’une revalorisation du travail et d’une politique de l’emploi que nous avons besoin. Il existe des marges de manœuvre qu’il faut investir pour des défis d’avenir comme, par exemple, la maîtrise sociale du numérique, une nouvelle dynamique industrielle ou encore le développement du secteur public.

C’est tout le sens du 9 avril. La Cgt s’engage contre l’austérité et pour le progrès social et économique pour tous.
C’est une étape d’un combat d’intérêt général : tracer des perspectives d’avenir avec le monde du travail.

Marie-José Kotlicki
Secrétaire générale de l’Ugict-Cgt
Directrice d’options