Menu

Comité exécutif de la Fédération Mondiale des Travailleurs 
Scientifiques

Comité exécutif de la Fédération Mondiale des Travailleurs 
Scientifiques

L’UGICT-CGT, organisation membre de la FMTS, a participé au Comité exécutif de la Fédération Mondiale des Travailleurs Scientifiques qui s’est tenu à Alger du 23 au 25 septembre dernier. A cette occasion, la FMTS a également organisé un séminaire public sur le thème « la recherche scientifique dans les pays en voie de développement : quels objectifs, quelle organisation, quelle politique ? ».  Le dernier jour des travaux était consacré à la rencontre avec la fédération égyptienne GTUES qui demandait son affiliation à la FMTS.

lundi, 10 décembre 2012 | Cadres Infos numéro 699à télécharger ici en .pdf
Imprimer

La lettre .info

Lors de ces travaux, le Comité exécutif a insisté sur les changements survenus depuis la création de la FMTS en 1946 dans un monde où le savoir scientifique est devenu déterminant dans la plupart des activités humaines.

Le constat est fait que la route empruntée est une impasse et la science à elle seule est impuissante à combattre la pauvreté, les inégalités, la faim, les guerres. L’essentiel est dans la volonté des peuples, la volonté politique des pouvoirs en place. Pour autant les travailleurs scientifiques ne sauraient s’en désintéresser. Leur responsabilité est engagée.

Le changement passe par la sortie du système actuel de compétition économique et financière sans limite et notamment par la régulation de la circulation des capitaux. La FMTS soutient toutes actions allant dans ce sens afin que chaque peuple, chaque nation puisse avancer à son rythme vers un nouveau mode d’existence. La FMTS pose donc comme stratégie (ou objectif fondamental) que toute activité scientifique (fondamentale ou appliquée) soit mise en débat du point de vue de ses relations avec le progrès social et des impératifs écologiques. Les travailleurs scientifiques, qu’ils soient chercheurs, ingénieurs ou professeurs, doivent avant tout être des acteurs de politiques de progrès social et écologique.

Lors du débat sur la stratégie,  l’UGICT-CGT a insisté  sur la nécessité de décliner cette stratégie en objectifs à moyen terme et en buts à atteindre ainsi que sur le choix des leviers de l’action syndicale que la FMTS entend privilégier : forums sociaux, UNESCO, ONG…

Par ailleurs, le comité a préparé la révision des statuts de la fédération afin de les mettre en accord avec les structures existantes. Les statuts sont ceux adoptés en 1989 à Athènes. L’organe de direction envisagé est un secrétariat international incluant deux vice-présidents.

L’UGICT-CGT a soutenu cette proposition en rappelant son attachement à la mixité dans les instances de direction. En revanche elle a regretté que les affiliés des pays du Sud ne soient pas davantage impliqués : aujourd’hui seule l’Algérie représente ces pays.

Sur les questions de communication, l’UGICT-CGT s’est positionnée en faveur de la refonte du site web en faisant des propositions sur l’organisation des contenus, leur diffusion la plus exponentielle possible notamment via les réseaux sociaux professionnels. L’enjeu est que les affiliés puissent également investir la plate-forme de publication. Pour cela il est nécessaire de former les militants et nous avons proposé que la FMTS opère un rapprochement avec le secteur communication/formation de l’UGICT-CGT sur ces questions.

Le débat général s’est déroulé à partir de groupes de travail, ce qui a permis d’avoir des échanges  nourris entre participants en particulier sur la sous-estimation du changement climatique.

Le débat sur le recours à la guerre comme moyen de prévention a fait ressortir que certains discours sont générateurs de conflits ; les guerres « préventives » sont perçues essentiellement au Sud comme étant déclenchées pour assurer les conditions de vie des pays riches.

Le débat sur le rôle de la science pour résoudre les problèmes de l’humanité en matière d’énergie et d’alimentation a été très nourri. Il a souligné l’urgence de faire croître le nombre de scientifiques (urgence aussi soulignée par la Commission Européenne dans sa stratégie Europe 2020).


Rencontres avec le syndicat égyptien GTUES

Le syndicat GTUES est dans une profonde refonte de ses affiliations aux organisations syndicales internationales. C’est avec la volonté de rompre avec un syndicalisme international trop politiquement orienté dans le conflit israélo-palestinien que le GTUES souhaite redéfinir son action syndicale.

Le syndicat, très puissant en Egypte, souhaite développer désormais des partenariats bilatéraux mêlant à la fois aide à la formation des militants et échanges de pratiques syndicales au niveau des premiers dirigeants. Son adhésion à la FMTS sera présentée à la prochaine assemblée générale et le GTUES a également sollicité l’UGICT-CGT afin qu’elle fasse remonter la proposition aux syndicats de l’Education et de la Recherche qu’elle regroupe dans son champ de syndicalisation.
Le dossier est actuellement à l’étude (traduction et analyses) auprès du secteur International de l’UGICT-CGT et de la confédération.

icon Cadres Infos 699 (379.54 kB)