Menu

Déclaration des syndicats autonomes du Sénégal

Déclaration des syndicats autonomes du Sénégal

A travers son activité internationale, l’UGICT entretient des partenariats avec des syndicats d’ingénieurs, de cadres et de techniciens avec différents pays en Europe et en dehors de l’Europe.
En mars 2010, nous avons signé avec le SDTS (Syndicat Démocratique des Techniciens du Sénégal, affilié à la Confédération des Syndicats Autonomes du Sénégal) un partenariat de formation syndicale et d’échanges d’informations. Aujourd’hui, dans le cadre de ce partenariat, nous recevons des informations.
Au Sénégal, au moment où nous écrivons les lignes, une situation de violence précède le premier tour de l’élection présidentielle et vous trouverez une déclaration de la CSA sur les troubles dans le pays et leurs conséquences sociales.

mercredi, 29 février 2012 | Cadres Infos numéro 691à télécharger ici en .pdf
Imprimer

La lettre .info

Le secrétariat du Bureau Confédéral de la CSA s’est réuni le Mardi 7 Février à la Maison des Travailleurs IBA Ndiaye Diadji, pour examiner la situation socio-politique du Pays.
À cet effet, un large tour d’horizon de l’actualité suivi de débats très ouverts et d’une analyse approfondie de la situation, ont conduit aux constats et appréciations suivants :
Depuis des semaines le pays traverse une crise inédite dans son histoire politique depuis les indépendances.

Elle est marquée par une spirale de violences ponctuées de pertes en vies humaines, sans que des perspectives de solution immédiate soient entrevues en raison de sa complexité. La CSA, constatant le niveau de cette violence et de cette folie meurtrière qui jure d’avec notre culture et les valeurs Républicaines condamne avec la dernière énergie ces actes d’une autre époque.

La CSA exige que la lumière soit faite sur ces meurtres, et que la loi soit appliquée dans toute sa rigueur.

La CSA dénonce cette obsession pour le Pouvoir qui constitue une sérieuse menace pour la stabilité du pays et la paix civile. Aussi exhorte-t-elle les politiques à la retenue, au dépassement et au dialogue pour une sortie de crise honorable dans l’intérêt supérieur du Pays.

Dans ce cadre la CSA invite l’ensemble des Régulateurs sociaux à s’impliquer directement et de toute urgence pour ramener la Paix et la sérénité dans le respect de notre Loi Fondamentale.
La CSA considère que le développement ne peut se faire sans une Paix durable mais qu’il ne peut y avoir de Paix non plus sans l‘Etat de droit qui passe d’abord par le respect des lois et règlements.
Par ailleurs, appréciant la situation sociale, la CSA constate avec indignation que les préoccupations du monde du travail sont rangées aux oubliettes. Le pouvoir d’achat des populations dégringole en raison des spéculations de toutes sortes et des taxes imposées par le Gouvernement sur les produits et services de base.

Les services publics comme l’Ecole et l’Université, la Santé, le Transport, l’Administration du Travail, meurent à petit feu, alors que le chômage et la précarité des Emplois existants vont crescendo ; des retards de paiements de salaires et des dettes non payées dues à des travailleurs sont soulevés (Ex. SIAS, Ex. SOTRAC, Nettoiement, contractuels de la Santé).

En conséquence, la CSA fait remarquer aux différents Candidats aux présidentielles, que les urgences ne sont pas qu’électorales : elles sont essentiellement sociales. C’est pourquoi la CSA appelle les acteurs sociaux à la mobilisation dans la vigilance. Elle exhorte les acteurs politiques à une meilleure prise de conscience des défis de l’heure et surtout à plus de sérénité pour rassurer et offrir de meilleures perspectives aux travailleurs et aux populations en général.
Pour la préservation de l’Etat de droit ! Vive la Paix et la Démocratie ! Vive un Sénégal uni et prospère !
Fait à Dakar le 07 Février 2012