Menu

Élections professionnelles à Airbus : porter une alternative pour l’industrie et l’emploi qualifié

Élections professionnelles à Airbus : porter une alternative pour l’industrie et l’emploi qualifié

Plus de 20 000 salariés d’Airbus et de ses sous-traitants sont appelés à voter, le 4 décembre 2014, à Toulouse et Saint-Nazaire, dont près de 9 000 ingénieurs et cadres et 6 500 techniciens. L’enjeu est de taille, puisque le groupe a profondément modifié sa stratégie ces dernières années, une stratégie qui pèse sur l’emploi et les collectifs de travail.

jeudi, 30 octobre 2014 | Cadres Infos numéro 711à télécharger ici en .pdf
Imprimer

La lettre .info

Illustration Sorbis / Shutterstock.com (usage éditorial uniquement. droits réservés)

Sous la pression des capitaux privés (74 % des actionnaires), Airbus vise l’objectif d’un retour sur investissement de 10 %. Cette promesse n’est sans doute pas étrangère à l’absence de nouveaux programmes, une première depuis 30 ans. Alors même que le groupe souhaite faire de son architecture industrielle une référence mondiale, la « normalisation » de l’entreprise inquiète Toulouse. Les salariés redoutent la perte de savoir-faire et la priorité donnée à la production au détriment de la R&D. Des choix stratégiques contestables.

 

Au plus proche des préoccupations des cadres

Cependant, la CGT porte une vision industrielle précise, proposant à la fois des alternatives en matière de programmes et de répartition des ressources. Elle revendique une évolution de l’évaluation vers des entretiens annuels collectifs qui lient objectifs de travail et moyens accordés. Il s’agit notamment de sortir les ICTAM des injonctions paradoxales et des problèmes d’éthique auxquels ils sont confrontés au quotidien.

Constatant que les marges de progression les plus fortes se situent sur le 3ème collège, le syndicat a veillé à mettre en responsabilité syndicale des ingénieurs et cadres afin d’être représentatifs de la majorité des salariés. S’appuyant sur les résultats d’une enquête sur le « travail réel », le syndicat met notamment en avant les questions de déroulement de carrière et porte la création d’un échelon supplémentaire pour la grille cadre et un niveau supplémentaire pour les techniciens dans la métallurgie.

Une série de plaquettes infographiques revendicatives ciblent spécifiquement les ouvriers, les techniciens, les cadres et les ingénieurs. Elles sont complétées par un document sur l’alternative industrielle et un autre sur les valeurs de la CGT. Le syndicat apporte des propositions concrètes sur le droit à la déconnexion, la prise en compte et la régulation du temps de travail réel.

 

Une campagne dynamique sur la forme

La CGT Airbus Toulouse a innové dans cette campagne électorale de terrain. En prenant les devants et en questionnant les salariés et en adaptant sa communication pour être très lisible. Le syndicat a fait appel à des rédacteurs et graphistes pour que les tracts électoraux reflètent réellement le message souhaité. Les axes sont clairs et compréhensibles, la mise en forme est dynamique et sérieuse, ce qui renforce l’identité et la technicité de la CGT Airbus.

Enfin, un site internet sur Reference-Syndicale.fr | 1ère plateforme de sites pour les syndicats et un compte Twitter très actif en termes d’actualités de l’industrie aéronautique viennent renforcer le dispositif de campagne électorale. Tous les canaux sont utilisés afin de positionner la CGT au plus proche du quotidien et des préoccupations des salariés.

Télécharger la plaquette sur le site de la CGT Airbus Toulouse →

Télécharger la plaquette sur le site de la CGT Airbus Toulouse →


Pour plus d’infos :

Retrouvez les plaquettes et vidéos de la CGT Airbus Toulouse sur leur site : airbus31.reference-syndicale.fr
et sur le compte twitter : compte Twitter