Menu

Encadrement des emplois d’avenir : l’intervention de l’UGICT-­CGT a payé

Encadrement des emplois d’avenir : l’intervention de l’UGICT-­CGT a payé

Un projet gouvernemental bricolé que l'UGICT a fait amender dans le détail.

mardi, 06 novembre 2012 | Cadres Infos numéro 698à télécharger ici en .pdf
Imprimer

La lettre .info

Le  22  août,  lorsque  Michel  Sapin  annonce  la  création  des  emplois   d’avenir,  «  CDI  à  durée  déterminée  »,  le  cafouillage  de  communication   est  à  l’image  du  projet  de  loi.  Bouclé  pendant  l’été  sans  concertation,  le   projet  de  loi  est  très  court,  et  ne  contient  aucune  disposition  de  formation   ou de pérennisation de l'emploi, alors qu'il s'agit d'emplois financés à 75 % par  l’État. Le public ciblé comme le secteur d'activité sont mal identifiés : contrairement  aux  emplois  jeunes,  les  emplois  d’avenir  s’adressent  à  un   public non qualité; cependant, les emplois visés ne sont pas identifiés: les  associations,  employeurs  de  l’économie  sociale  et  solidaire  et  diverses   structures  susceptibles  de  créer  des  emplois  répondant,  comme  les   emplois  jeunes,  à  des  besoins  sociaux  non  satisfaits,  disent  rechercher   des  salariés  qualifiés.  

Le  projet  de  loi  vise  donc  large,  et  cible  les   «  activités  présentant  un  caractère  d’utilité  sociale  ou  environnementale   ou  ayant  un  fort  potentiel  de  création  d’emplois  ».  Ceci  concerne  donc  les   collectivités  territoriales,  les  organismes  de  droit  privé  à  but  non  lucratif,   les  structures  assumant  une  délégation  de  service  public  ou  encore   les  structures  d’insertion.  Par  dérogation,  le  secteur  privé  «  lucratif  »   peut  également  recourir  aux  emplois  d’avenir.  

Pour  l’UGICT-­CGT,  il  est   indispensable d'identifier clairement les emplois visés, de manière à éviter  tant  la  constitution  de  nouveaux emplois  précaires  dans  la  Fonction   publique  que  les  effets  d’aubaine  dans  le  privé.  Le  support  retenu  pour   les  emplois  d’avenir,  le Contrat  Unique  d’Insertion,  ne  satisfait  pas  non   plus l'UGICT-CGT : l'affichage ne se prête guère à des emplois d'avenir; surtout, le CUI permet aux employeurs d'être exonérés de cotisations sociales  sans  compensation  de  l’État,  ce  qui  grève  donc  directement  les   comptes sociaux. Ces  dispositions  et  surtout  le  silence  du  projet  de  loi  sur  la  pérennisation   des  emplois  et  la  formation  assurée  au  jeune laissaient  craindre  à   l’UGICT-­CGT  que  ce  dispositif  phare  du  gouvernement  se  résume  à  du   traitement  social  du  chômage. L’UGICT-­CGT  a  donc  fait  le  choix  d’utiliser   tous  les  moyens  à  sa  disposition  pour  faire  évoluer  le  projet.

L’UGICT-­CGT   pose des exigences claires

Le  22  août,  en  réponse  à  l’annonce  du  ministre  du  travail,  l’UGICT-­CGT    publie  un  premier  communiqué  de  presse  intitulé  «  l’UGICT-­CGT   attend des clarifications sur les emplois d'avenir et des mesures d'ampleur pour  répondre  au  chômage  de  tous  les  jeunes  ».  Dans  ce  communiqué,   l’UGICT -­CGT    pose   trois   garanties   à   apporter,   a   minima,   aux   emplois  d'avenir :
- les aides publiques doivent être conditionnées au recrutement d'un  jeune  en  CDI  à  temps  plein  ;;
- des  dispositions  doivent  garantir  que  le  contrat  d’avenir  soit  un nouvel  emploi  créé  et corresponde à un nouveau besoin;
- une  formation  qualifiante doit être garantie au jeune

L’UGICT-­CGT rédige des propositions précises pouvant être transcrites en amendements

Alors  que  le  gouvernement  avance  l’examen  du  projet  de  loi  à  l’Assemblée,   avec  une  date  limite  de  dépôt  des  amendements  le  3  septembre,   l’UGICT -­CGT    publie   un   second   communiqué   s’inquiétant   d’un   projet   de   loi   élaboré   dans   la   précipitation.   L’UGICT -­CGT    adresse   ensuite   le   31  août  à  l’ensemble  des  parlementaires  de  la  majorité  12  propositions   d’amendements,  et  est  reçue  par  le  rapporteur  du  projet  de  loi,  Jean-­Marc  Germain. Malgré ces délais très contraints, 5 des 12 amendements sont adoptés  au  moins  en  partie  (voir  encadré).  Les  députés  décident  toutefois   d’élargir  la  possibilité  de  recours  aux  emplois  d’avenir  aux  emplois   saisonniers.  L’UGICT-­CGT  et  la  Confédération  adressent  immédiatement   un  courrier  au  Ministre  du  travail  pour  protester  contre  cette  disposition   qui  induira  des  effets  d’aubaines  très  néfastes  sur  l’emploi  stable,   notamment  dans  le  secteur  du  tourisme  ou  de  l’agriculture.  L’UGICT-­ CGT,  et  la  Confédération  adressent  une  nouvelle  série  de  propositions   d’amendements  à  l’ensemble  des  sénateurs.  Une  partie  des  propositions   est  adoptée,  permettant  d’exclure  les  emplois  saisonniers  du  champ  des   emplois  d’avenir,  de  retirer  le  suivi  et  la  prescription  des  emplois  d’avenir   aux  agences  d’intérim  et  de  renforcer  les  dispositions  concernant  la   formation.  Cependant,  de  nombreuses  propositions  d’amendements,   notamment  celle  visant  à  moduler  les  aides  publiques  pour  inciter  au   recrutement  en  CDI  ne  sont  pas  adoptées.

EMPLOIS  D’AVENIR  :  Une mesure d'urgence qui doit être suivie par des dispositions d'ensemble pour l'emploi des jeunes

La  CGT  et  son  UGICT  analysent  ainsi  le  projet  de  loi  portant  création   des  emplois  d’avenir  au  lendemain  de  leur  adoption  par  le  Parlement  le   9  octobre.  Le  travail  parlementaire  a  permis,  grâce  à  nos  propositions   d’amendements,  de  combler  les  lacunes  du  projet  de  loi  sur  la  formation   et la pérennisation. Cependant la fin de non recevoir opposée sur l'accès au  CDI,  les  avancées  trop  limitées  sur  le  temps  plein  ne  garantissent  pas   que  les  emplois  d’avenir  rompent  avec  la  logique  de  précarité  imposée   aux jeunes non qualités souffrent particulièrement du chômage et de la précarité,  cette  situation  est  le  lot  commun  de  l’ensemble  de  la  jeunesse,   et  seules  des  dispositions  d’ampleur  peuvent  permettre  d’y  répondre.   C’est  en  ce  sens  que  l’UGICT-­CGT  a  rédigé  avec  l’UNEF  un  projet  de  loi   cadre  pour  l’emploi  des  jeunes,  visant  à  protéger  la  période  d’insertion,   assurer  l’accès  à  un  emploi  stable  et  garantir  la  reconnaissance  des   qualifications. Alors que la France s'enfonce dans la crise et que les  jeunes  sont  les  premiers  touchés,  les  10  mesures  concrètes  portées  par   l’UGICT-­CGT  sont  plus  que  jamais  d’actualité.  


Synthèse des amendements adoptés grâce à nos interventions

1 FORMATION

Le projet de loi gouvernemental ne contenait aucune disposition sur le suivi du jeune et son droit à la formation. De nombreuses dispositions reprenant nos propositions d’amendements ont été adoptées :
- Suivi : un suivi du jeune est réalisé par pôle emploi ou les missions locales et donne lieu à un bilan relatif au projet professionnel du jeune 2 mois avant la fin de l'aide. Ce suivi a lieu durant le temps de travail.
- Formation : la formation est obligatoire, comme le tutorat, et peut donner lieu à une VAE. Les actions de formation doivent être réalisées «  prioritairement  sur  le  temps  de  travail  ». Elles «  privilégient  l’acquisition  de  compétences  de  base  et  de  compétences  transférables   permettant au bénéficiaire de l'emploi d'avenir d'accéder à un niveau de qualification supérieur  ». «  La  présentation  à  un  examen  pour  acquérir  un  diplôme  ou  à  un  concours  doit   être  favorisée  pendant  ou  à  l’issue  de  l’emploi  d’avenir  ».
- Remboursement des aides: en cas de non respect des engagements notamment en matière de formation la structure doit rembourser la totalité des aides publiques perçues et ne peut bénéficier d'un nouvel emploi d'avenir

2 STABILITÉ

Pérennisation :pour bénéficier d'un emploi d'avenir la structure doit préciser les conditions de  pérennisation de l’emploi.
Priorité d’embauche : le bénéficiaire d'un emploi d'avenir en contrat à durée déterminée bénéficie d’une priorité d’embauche durant un délai d’un an à compter du terme de son contrat. Le salarié ainsi recruté est dispensé de la période d’essai.
Les emplois saisonniers ont été exclus du champ d’application des emplois d’avenir. Les agences d’intérim ne peuvent ni être prescripteurs, ni réaliser le suivi.

3 BILAN 

«  Le  Gouvernement  transmet  chaque  année  au  Parlement  un  rapport  d’évaluation  dressant  le   bilan  de  la  mise  en  œuvre  des  emplois  d’avenir.  Ces  rapports  comportent  un  volet  relatif  à  la   situation  des  jeunes  reconnus  travailleurs  handicapés  et  un  volet  relatif  à  la  répartition  par  sexe   et par niveau de qualification des jeunes dans les différents secteurs d'activité. Le rapport relatif aux  emplois  d’avenir  est  soumis,  au  préalable,  à  l’avis  du  Conseil  national  de  l’emploi.  Celui   relatif  aux  emplois  d’avenir  professeur  est  soumis,  au  préalable,  à  l’avis  du  Conseil  supérieur   de l’éducation  ».

LES AMENDEMENTS PROPOSÉS PAR L’UGICT-­CGT MAIS REJETÉS PAR LES PARLEMENTAIRES

- La modulation des aides publiques pour favoriser le recours au CDI.
- La suppression du CUI comme cadre juridique de l’emploi d’avenir.
- Des dispositions spécifiques aux collectivités territoriales pour éviter que les emplois d'avenir se traduisent par la reconstitution d’un vivier de précaires.
- L’accès aux titulaires d’un emploi d’avenir à la prime de précarité.
- La prise en compte de tous les contrats aidés dans les effectifs de l’entreprise.