MENU

Premières initiatives après le 51ème Congrès de la Cgt

Imprimer
congres

La réunion de la commission exécutive, le 11 mai dernier, a été l’occasion de dégager les enseignements du 51ème Congrès. De cette analyse, et en s’appuyant sur le document d’orientation, de premières initiatives destinées à pérenniser et à étendre les champs d’action de l’Ugict s’imposent.

La lettre hebdo

Au programme : des actions pour une syndicalisation accrue partout où les ICT sont présents, des « rencontres d’Options », en novembre 2016, dédiées aux jeunes diplômés et une grande journée « Comment être la CGT représentative de toute la CGT », début 2017, avec la participation de 400 syndicats.

Le 51ème Congrès s’est déroulé en plein mouvement social contre la loi Travail et la construction de son aboutissement victorieux fut au cœur des interventions.
Des délégués ont pointé la nécessité de mieux rythmer les temps forts interprofessionnels, d’articuler les luttes locales professionnelles et le mouvement social, de débattre de la stratégie et des formes de lutte où l’efficacité se mesure dans la capacité à rassembler le plus grand nombre, en n’excluant aucune hypothèse, y compris la construction de grève reconductible dans les conditions adoptées par les salariés.
Les délégués ont clairement témoigné d’une volonté à gagner des batailles, à l’instar de celle des Fralib contre une multinationale. Ce succès contre la finance a mis aussi en évidence le besoin de développer, aux échelles européenne et internationale, une Confédération européenne des syndicats (CES) et une Confédération syndicale internationale (CSI) offensives et vigilantes dans l’intérêt des travailleurs.
Une stratégie qui rejoint l’action de l’Ugict, avec d’autres organisations syndicales dont le Deutscher Gewerkschaftsbund (DGB- Confédération allemande des syndicats) contre la directive européenne sur le secret des affaires).

 

L’Ugict en phase avec les délégués


L’emploi et les conditions de travail et en particulier la question du temps de travail ont été longuement évoqués. Cet enjeu de santé publique devient, plus que jamais, une nécessité sociale et économique permet- tant à toutes et tous de travailler et de travailler mieux. Là encore les réflexions de l’Ugict-CGT sont en phase avec celles des délégués. En pleine révolution numérique, la bataille contre les forfaits jours s’articule avec à un droit à la déconnexion impliquant une transformation de l’organisation du travail, du suivi de la charge de travail, de la promotion du travail en équipe, d’une (re)définition des emplois et de la mise en place de plages de trêves de mails négociées dans les lieux de travail.
Des débats sur notre démarche syndicale se sont déroulés, notamment au sujet de nos rapports aux syndiqués et aux salariés ainsi que sur la nécessité d’organiser des consultations de masse des salariés. Débat aussi autour de notre définition du syndicalisme rassemblé qui ne se conçoit pas comme un partenariat avec une organisation syndicale privilégiée, ni ne se résume à un regroupement d’appareils syndicaux, mais rassemble tous ceux qui portent les revendications et l’intérêt des salariés à tous les niveaux.
Car c’est de cette façon que nous construisons de la confiance et du rapport de forces.

 

L’Ugict-Cgt s'appuie sur le document d’orientation


Les orientations de notre démarche syndicale dont le développement d’un syndicalisme international et d’un syndicalisme rassemblé ont été confortées et validées. Ainsi, le document d’orientation reprend dans le corps du texte et des résolutions, des rédactions claires et offensives sur la nécessité d’une activité spécifique et de la structuration Ugict et Ufict, qui n’ont été ni amendées ni remises en cause. C’est donc un point d’appui important pour le renforcement et le déploiement du spécifique CGT.

La création de nouveaux outils a été confortée comme la relance de la carte syndicale permanente, initiative très importante pour les ICT et les jeunes très mobiles, ainsi que de nouveaux champs de déploiement avec une résolution sur la syndicalisation des travail- leurs autonomes nombreux dans nos catégories.

La légitimité et la crédibilité de l’Ugict ont aussi été confirmées par plusieurs interventions de délégués, en plénière et des prises de contacts d’organisation générales au stand Options. Des questions restent à aborder et relèvent désormais de la responsabilité de la nouvelle direction confédérale comme le nouveau statut du travail salarié (NSTS) ou encore la sécurité sociale professionnelle.
Ce 51ème Congrès conforte et enrichit notre feuille de route Ugict jusqu’à notre prochain congrès en 2018.

L’Ugict-CGT n’est ni une niche déconnectée des grandes questions générales, ni une CGT bis ignorante du vécu du travail spécifique. Elle encourage la montée en puissance de notre effort de formation auprès des dirigeants du spécifique CGT ainsi que de l’information et du travail de conviction au sein de toute la CGT.

 

Participer aux aspirations du travailler autrement


Développer et organiser l’activité spécifique, partout où se trouvent des ICT sur les lieux de travail, suppose de mieux redéfinir nos coopérations avec les territoires, UD, régions et UF où la priorité doit être donnée aux objectifs de syndicalisme de masse, de créations de structures spécifiques permettant de rompre avec le constat des syndiqués isolés, d’accueillir les nouveaux syndiqués en ligne et de se déployer à grande échelle parmi les jeunes diplômés.

nous proposons de reprendre l’initiative prévue initialement le 7 avril 2016 : « Comment être la CGT représentative de tout le salariat ? » reportée pour permettre aux militants de se concentrer sur la construction de la mobilisation. Une initiative qui se déroulera début 2017 et s’adresse à l’ensemble des syndicats généraux et spécifiques CGT. Objectif : la participation de 400 syndicats. L’Ugict- CGT lancera sa préparation dés son conseil national d’octobre en réunissant ses UF et ses CD.

Par ailleurs, nous proposons que les prochaines Rencontres d’Options de novembre aient pour thème l’enjeu des jeunes diplômés. La préparation de ces Rencontres sera l’occasion de relancer un travail et un collectif « jeunes ».
Enfin, l’Ugict-CGT doit participer aux aspirations à travailler autrement y compris dans la CGT, à progresser pour rendre chaque syndiqué réellement acteur, autonome et décideur.

 

S’inscrire dans les exigences sociales et citoyennes


La bataille pour le retrait du projet El Khomri s’enracine dans des exigences à la fois sociales et citoyennes. C’est pourquoi nous avons besoin de trouver des formes de débat, d’intervention, d’organisation qui conjuguent social et sociétal, qui conjuguent l’expression de l’individualité et du collectif pour que l’engagement retrouve du sens.

Cette ambition doit nous conduire à travailler autant le contenu que la manière de faire, à prendre du temps pour discuter du comment faire, comment s’organiser pour que chacun s’exprime, apporte pour construire, s’engage sur du contenu.

Travailler les formes démocratiques d’expression et d’intervention nouvelles, commence aussi par travailler de nouvelles formes d’organisation de notre prochain congrès Ugict en 2018. Ce sera une prochaine réflexion que nous comptons mener avec la Commission exécutive.

Publié le mercredi, 25 mai 2016 dans Cadres Infos numéro 728à télécharger ici en .pdf

Accès militant Syndicoop.frNous demander un documentChercher dans les dossiers thématiques