Menu

Jeunes, femmes, seniors: les chiffres qui dérangent

Jeunes, femmes, seniors: les chiffres qui dérangent

Salarié-e ou employeur, vous ne dresserez pas le même bilan de la politique sarkozienne, les premiers pensent que les réformes de ces cinq dernières années n’ont fait que les appauvrir, les seconds pensent qu’elles n’ont pas été assez loin dans le libéralisme. Les chiffres de la DARES, de l’APEC sont éloquants.

mercredi, 29 février 2012 | Cadres Infos numéro 691à télécharger ici en .pdfImage: Danilo Rizzuti / FreeDigitalPhotos.net
Imprimer

La lettre .info


Femme ou homme, à qualification identique, vous ne percevrez pas la même rémunération, les inégalités professionnelles persistent entre les femmes et les hommes et le salaire des femmes reste largement inférieur à celui des hommes (-27%).

Mal ou bien né-e, l’ascenseur social s’arrêtera au 3ème ou montera au 15ème. L’égalité des chances est un impératif démocratique qui doit conduire à une plus grande justice sociale. Jeunes ou seniors, vous serez misérables ! En effet que dire de taux d’emploi dont les chiffres parlent d’eux-mêmes (source Eurostat) : de 15 à 24 ans: 30,30%, de 25 à 54 ans: 81,70%, de 55 à 64 ans: 39,70%. Ces chiffres en cachent d’autres : à 59 ans, 1 sénior sur 2 est hors du marché du travail ; à 60 ans, ils ne plus que 3 sur 10 à être actifs ; à 63 ans, 1 sur 7 (document d’études DARES de septembre 2011).

Divers constats peuvent être relevés dans les enquêtes qualitatives et quantitatives conduites par l’APEC (les seniors en entreprise, états des lieux 2011).

- Pour les cadres séniors au chômage, le retour à l’emploi est très problématique. Leur grande expérience et leurs compétences acquises s’avèrent être des obstacles : ils sont surqualifiés et trop « couteux ».
- Huit cadres sur dix considèrent que leur carrière sont bloquées à partir d’un certain âge : pour 32 %, c’est à partir de 50 ans que cette évolution serait ralentie voire enrayée et 41 % estiment que c’est à partir de 45 ans que l’évolution est difficile voire bloquée.
- Parmi les freins au recrutement externe des seniors, celui de «salaires trop élevés» est fréquemment cité, particulièrement dans les entreprises de moins de 1000 salariés, dans celles de plus de 1000 salariés, la priorité à la promotion interne.

Trois raisons sont évoquées par les cadres seniors qui envisagent de quitter leur entreprise : leurs compétences ne sont plus reconnues à leur juste valeur pour 23 % d’entre eux, 18 % vivent mal les restructurations et réorganisations et 14% disent que le périmètre de leurs responsabilités se réduit.

Cependant 31% des cadres seniors estiment qu’il leur sera désormais très difficile de trouver un emploi ailleurs.

L’étude de ces différents rapports confirme certaines données de notre sondage « le travail des cadres dans la crise ».

Quant aux dernières statistiques du chômage sur le mois de janvier 2012, elles enregistrent une diminution des demandeurs d’emploi de 50 ans et plus de 0,3 %. Elles ne peuvent cacher une réalité : sur un an, le chômage des plus de 50 ans a augmenté de 12,50%.

Les seniors, mais aussi toutes les autres catégories socio professionnelles, ne méritent pas d’être condamnés. Ils méritent :

- une nouvelle politique économique et sociale qui donne priorité aux politiques en faveur de la création d’emplois de qualité ;
- une rémunération qui reconnaisse les qualifications mises en œuvre;
- un nouveau statut du travail salarié qui assure à chacune et chacun une sécurité sociale professionnelle.