Menu

Le point sur la campagne Droit à la déconnexion

Droit à la déconnexion

Trois mois après le lancement de la campagne sur le droit à la déconnexion, un point s’impose. Nous vous en rappelons les étapes essentielles, les outils, les objectifs avec des témoignages de militants.

jeudi, 18 décembre 2014 | Cadres Infos numéro 713à télécharger ici en .pdf
Imprimer

La lettre .info

Lancée dès le 4 septembre 2014 par une conférence de presse, la campagne pour le droit à la déconnexion a gagné en ampleur pour bénéficier d’une couverture médiatique sans précédent dans la presse écrite, audiovisuelle et du web. http://ugict.cgt.fr/deconnexion/blog/revue-de-presse/

Dernières informations en date, les 5ème Rencontres experts de l’Apec du 3 décembre, révèlent l’emprise de la connexion permanente et douloureuse des cadres sur leur vie privée. Ainsi, 63 % estiment qu’elle perturbe leur vie familiale et seuls 23 % d’entre eux avouent se déconnecter systématiquement en dehors de leur temps de travail http://goo.gl/sorycJ

Aujourd’hui, le thème dépasse largement la sphère sociale et devient une question sociétale.

LA CAMPAGNE DE L’UGICT-CGT

La campagne de l’UGICT-CGT sera donc portée tout au long de l’année 2015 et déclinée au plus près des salariés. Une consultation nationale a été lancée depuis octobre 2014 pour permettre aux ICT d’évaluer leur  temps de travail TTC (Toutes Tâches Comprises). Cette consultation sera utilisée dans chaque entreprise ou administration pour exiger des négociations pour obtenir un droit à la déconnexion et une réduction effec- tive du temps de travail des ICT.

Jusqu’à présent, huit conventions collectives ont été retoquées dans les branches et dans les entreprises. L’UGICT-CGT continuera la bataille juridique pour faire annuler, par les tribunaux, les accords sur les forfaits-jours ne respectant pas la réglementation européenne.
Une « campagne virale » est relayée sur internet et les réseaux sociaux, permettant d’interpeller de façon originale et décalée les salariés sur leur temps de travail http://ugict.cgt.fr/ deconnexion/

Une pétition est lancée sur la plate-forme « change.org » et servira à interpeller le gouvernement et le patronat sur la nécessité de mettre en place un droit à la déconnexion et de réduire effectivement le temps de travail de l’encadrement.

LE POINT SUR LA CAMPAGNE

L’UGICT-CGT a aussi organisé, le 15 octobre 2014, une journée d’étude « Négocier le droit à la déconnexion, pourquoi, comment ? » de façon à donner aux élus et militants tous les outils pour mener cette bataille.

L’UGICT-CGT organisera les Rencontres d’Options sur « Le numérique et le travail » le 28 janvier 2015.

Le tableau de bord de la campagne se remplit peu à peu. C’est un outil essentiel de suivi pour mutualiser les informations et les avancées obtenues. Pour le moment, 26 entreprises ou syndicats font état du lancement ou du développement de la campagne.
Partout où cette campagne est menée, elle reçoit un bon accueil des salarié-e-s ICT. Comme l’avait montré les résultats des baromètres « Cadres » et « Techs et professions intermédiaires » réalisés  pour le XVIIème Congrès de l’UGICT-CGT, l’utilisation des Technologies de l’Information et de la Communication (TIC) et la question de la charge et du temps de travail, étaient des sujets revendicatifs majeurs. Cette campagne nous permet de répondre à ces attentes.

Suite au séminaire du 15 octobre, nous sommes passés de 6 à 26 syndicats inscrits dans le tableau de bord de suivi de la campagne. Le nombre de sollicitations venant de syndicats et d’unions départementales est en augmentation. Une dynamique qui dénote une réelle prise en compte et augure de belles perspectives de développement sur le terrain au plus près des salarié-e-s.

L’UGICT-CGT (nationale) est disponible pour toutes les initiatives d’autant que cette campagne peut facilement être liée à celle que nous nous apprêtons à lancer sur la syndicalisation, début 2015.

D’après les premières remontées, la campagne suscite un vif intérêt auprès des cadres. Elle se traduit par des demandes de réunions en présence de représentants des organisations, des réunions spécifiques de cadres, la préparation d’AG et bien sûr par la mise en ligne du questionnaire. « Une consultation nationale qui nous est apparue comme un très bon outil pour permettre aux salariés d’évaluer leur temps et charges de travail » affirme une DS nationale d’EDF dont le tableau de bord affiche un taux de réponse de 29 %, ce qui reste large- ment supérieur à la moyenne de ce type de consultation.

Même réaction au siège de Pôle emploi Ile-de-France où la connexion est permanente. « Cette fois tout le monde en parle, il faut faire reconnaitre le temps passé en connexion comme un temps de travail effectif » explique un militant de la Direction des systèmes informatiques. À la Défense, 2 500 tracts ont été distribués le premier  jour de la campagne avec plus de 20 % de retours. « Avec cette consultation nous avons un outil clefs en main qui n’est pas hors-sol » déclare un militant du collectif UGICT-CGT des Hauts de Seine.

Cette campagne est aussi le moyen d’attirer des salariés pour lesquels se syndiquer à la CGT n’est pas naturel « La pertinence de nos analyses accroit notre audience » fait remarquer une militante du secteur bancaire où l’utilisation des TIC « conduit à une forme d’aliénation et où il n’est pas facile de déconnecter » précise-t-elle.

SE RÉAPPROPRIER LA QUESTION DU TEMPS DE TRAVAIL

Cette question était restée absente de tous les questionnements depuis 2007. Avec cette campagne l’UGICT-CGT s’en empare à nouveau pour affirmer que le meilleur moyen de créer des emplois et de concilier vie privée et vie professionnelle, reste de réduire le temps de travail, donc d’encadrer le temps de connexion et de permettre aux ICT de maîtriser leur temps et leur charge de travail.

 

Les outils de la campagne


- Trois affiches à télécharger pour impression
- Un modèle de pétition
- Un support pour campagne virale
- La consultation des salarié-e-s, adaptable, qui peut être imprimée ou remplie en ligne.

À cela s’ajoutent :
- Un nouveau support, sous forme de diaporama, pour organiser des réunions de salarié-e-s sur le sujet du droit à la déconnexion en lien avec le temps de travail. (A2S n° 89 du 21 novembre 2014).
- Le diaporama, support du séminaire du 15 octobre, qui est à utiliser pour aider à l’appropriation de la démarche et du contenu revendicatif pour mener la campagne sur le terrain au plus près des salarié-e-s.
(A2S n° 85 du 24 octobre 2014)