Menu

L’État social comme alternative au néo libéralisme

L’État social comme alternative au néo libéralisme

Qu’est-­ce que l’État social? Peut-­il se poser en alternative face à l’échec reconnu du néo libéralisme? C’est la question que nous a donnée à débattre l’économiste Christophe Ramaux, auteur de «  L’État  social,  pour  sortir  du  chaos  néo  libéral  » à l’occasion de cette vingt-­deuxième livraison de nos soirées-­débats. Une vision qui revient sur le devant de la scène.

mardi, 06 novembre 2012 | Cadres Infos numéro 698à télécharger ici en .pdf
Imprimer

La lettre .info

L’auteur  :  Christophe  Ramaux,   Maître  de  conférences  en  économie   à  l’université  Paris  1  (Panthéon-­ Sorbonne),  membre  du  collectif   d’animation  des  Économistes  atterrés et du conseil scientifique d’Attac,  il  est  l’auteur  de  «  Emploi,   éloge  de  la  stabilité  ».  Editions  des   Mille  et  une  nuits,  2006. Le  livre  :  «  L’État  social,  pour   sortir  du  chaos  néolibéral  »  par   Christophe  Ramaux.  Editions  des   Mille  et  une  nuits.  470  pages.  20   euros.

L’État social est toujours bien là et le bilan du néolibéralisme est calamiteux

Qu’est-­ce  que  l’État  social  ?  Un  concept  obsolète  ?  Le  parapluie  de  tous   les assistés… et en fin de compte responsable de la durabilité de la crise ?


Quoi qu’il en  soit, l’État social est la bête noire des néo-libéraux. Et si le marché  possède  ses  théories,  l’État  social  n’en  n’a  pas. Pourtant, analyse Christophe Ramaux : «  Contrairement  à  ce  qui  est   communément  admis,  nous  ne  vivons  pas  dans  une  économie  de   marché,  même  si  les  rapports  capitalistes  dominent  la  société.  La   dimension  anti-­capitaliste  existe  dans  notre  pays.  Oui  l’alternative  est   déjà  là.  C’est  l’État  social,  reposant  sur  la  démocratie  et  dont  on  a  pas   saisi  toute  la  portée  ».   Pour  l’économiste,  la  notion  d’État  social  reste  trop  souvent  réduite  à  la   protection  sociale  qui  n’en  est  qu’un  domaine.  Une  vision  idéologique   comptable  d’un  État  distributeur  de  pensions  et  de  prestations,  donc   dépensier.  Mais  l’État social repose sur quatre piliers : la régulation des rapports  de  travail  et  de  la  production,  les  services  publics,  les  politiques   économiques  budgétaires  d’inspiration  keynésienne  et  bien  sûr  la   protection  sociale.  L’État, représente 30% de l'emploi salarié.
«  Même  si  l’État  est,  en  partie,  au  service  du  capital,  il  existe  encore  un  État   social  que  le  capitalisme  tente  de  récupérer  et  qui,  malheureusement,  ne   se  protège  qu’avec  des  stratégie  défensives  »  constate-­t-­il.  Effectivement,   le  capital  ne  sait  pas  tout  faire,  notamment  car  il  envisage,  de  façon     simpliste, l'intérêt général comme le jeu des intérêts particuliers. Il ne garantit pas le plein emploi, la stabilité financière et la satisfaction d'une série  de  besoins  sociaux.  

L’ÉTAT   SOCIAL  EST-­IL  TOUJOURS  D’ACTUALITÉ  ?     ET   COMMENT   PENSER  L’ETAT   SOCIAL  ?

On  considère  trop  souvent  que  l’État  social  était  adapté  aux  Trente   glorieuses  et  que  depuis  le  néo  libéralisme  aurait  eu  raison  de  lui  en  se   l’appropriant  notamment  grâce  notamment  à  la  RGPP,  le  management  ou   en essayant de le privatiser ou de le reconfigurer sur le mode du marché «  Mais  l’État  social  est  toujours  bien  là  et  le  bilan  du  néolibéralisme  est   calamiteux  »  assène-­t-­il.
La  part  des  dépenses  publiques  en  moyenne  dans  les  pays  l’OCDE   n'a pas baissé depuis 1975. La dépense publique en France (1100 milliards d'euros) est de l'ordre de 56% du PIB. On estime à 50% la part des  prestations  sociales  en  espèces  (pensions  de  retraites,  allocations   chômage,  allocations  familiales)  collectées  et  redistribuées.  

Des  sommes   qui  repartent  dans  la  consommation  c’est-­à-­dire  dans  le  privé.  «  Les   charges  sociales  qui  alimentent  l’économie  privée  ;;  si  on  les  baissait,  la   dépense  s’effondrerait  »  précise  Christian  Ramaux. Quant  aux  prestations  sociales  en  nature  (remboursements  auprès   d’organismes  privés,  consultations  en  médecine  libérale,  prestations   logement  etc.),  elles  s’élèvent  à  190  milliards  d’euros.  Elles  aussi  retournent au privé. Ce qui signifie que la moitié des prestations sociales en  espèces  ou  en  nature  reviennent  dans  le  circuit  économique  libéral.  

Enfin, les autres gros secteurs : les services non marchands individualisables,  le  paiement  par  l’impôt  des  fonctionnaires,  contribuent   au  PIB  non  marchand  et  produisent  des  services  délivrés  gratuitement   par  les  fonctionnaires.   «  L’impôt  est  une  forme  de  validation  sociale  et  joue  le  même  rôle  que   le  prix  dans  le  privé.  La  dépense  publique  c’est  56  %  du  PIB  »  conclut-­il.   Plus   globalement,   la   contribution   des   administrations   publiques  (fonctionnaires sans les entreprises publiques) représente 30% du PIB depuis les années 1980 (25% dans les années 70). Si l'on inclut les entreprises publiques, on atteint 38% (en 1982 on était à 80%). Un recul  accentué  par  les  privatisations.   La  France  n’est  pas  le  seul  pays  où  l’État  social  existe.  Il  est  présent   en  Grande  Bretagne,  aux  États-­Unis...  Ainsi,  aux  USA,  le  taux  de   scolarisation  dans  le  public  est  supérieur  à  la  moyenne  de  l’OCDE,   la  gestion  de  l’eau  est  publique  et  il  existe  une  retraite  publique  par   répartition  (social  security),  ainsi  qu’une  santé  publique...  

Aux  USA  le   plein  emploi  est  au  cœur  du  contrat  social  et  lorsque  le  gouvernement   n’y  arrive  pas,  il  augmente  considérablement  les  allocations  chômage   coeur du contrat social et lorsque le gouvernement n'y arrive pas, il augmente considérablement les allocations chômage (la durée d'indemnisation est passée de 26 semaines à 2 ans). En Europe  le  plus  socialisé  des  pays  est  le  Royaume-­Uni  où  la  médecine   de  ville  et  ambulatoire  est  publique. «  Il  faut  sortir  de  l’idée  que  l’État  social  est  lié  aux  Trente  glorieuses  »,   continue Christophe Ramaux, il s'est joué fin XIXe  siècle.  C’est  une   construction empirique. En 1970, le taux de pauvreté chez les retraités frôlait les 30%. Il est tombé à 5% aujourd'hui grâce au système par répartition.  L’État social a continué à se développer après 1975, avec la 5ème semaine de congés payés, les 35 heures, la CMU, le RSI, le RSA etc.

«  Deuxième  raison  de  croire  que  l’État  social  reste  une  alternative  réaliste,   c’est  le  bilan  catastrophique  du  libéralisme  associé  à  la  réorientation  des   politiques  budgétaires,  industrielles  et  commerciales  dans  un  sens  libéral,   la  privatisation  des  services  publics  et  la  remise  en  cause  du  droit  du   travail.  Le  pays  où  la  santé  est  la  plus  chère,  ce  sont  les  États-­Unis  où   elle  représente  18  %  du  PIB  avec  des  performances  médiocres.  Le  privé   est, non seulement, injuste mais aussi inefficace. On pourrait multiplier les  exemples.  Et  en  France,  nous  sommes  en  train  de  construire  un   nouveau  scandale  avec  les  PPP  ».  

Le  néo  libéralisme  a  attaqué  les  dispositifs  de  la  politique  économique   en libéralisant la finance, en prônant le libre échange, et l'austérité salariale, en pervertissant la politique fiscale. «  Les  États-­Unis  ont  sauvé   la  croissance  mondiale  en  augmentant  l’endettement  de  ménages  »   argumente  l’économiste.   Avec  la  crise  de  2008,  tout  a  explosé.  Le  libéralisme  a  démontré  qu’il   n'est pas viable, même s'il peut durer longtemps. Les intérêts en jeu sont considérables  car  au  cours  des  Trente  piteuses  s’est  constituée  la  caste  des grands prédateurs de la finance (1% de la population)

L’ÉTAT   SOCIAL  N’A  PAS  DE  THÉORIE

La  révolution  américaine  fut  la  première  à  proclamer  le  suffrage  universel.   Pour  construire  les  conditions  sociales  de l’égalité,  pour  donner  un  substrat   à l'égalité politique, il fallait l'intervention publique. Marx affirmait e  siècle  que  la démocratie  était  une  démocratie  bourgeoise.  Un   siècle  et  demi  plus  tard,  il  n’est  plus  possible  de  tenir  ce  discours,  car   l’État  social  s’est  affermi.  Le  suffrage  universel  aussi.   Pour  le  socialisme  la  souveraineté  populaire,  autrement  dit  le théorème   une  personne  égale  une  voix,  doit  primer.  «  C’est  au  citoyen  de  dire  quelle  activité confier au privé.

L'État  social  et  la démocratie  sont  les  principales   ressources  que  l’on  peut  opposer  au  capital  »affirme Christophe Ramaux  « Comment  penser  l’État social  ?  »  s’interroge-­t-­il.  C’est  une  logique   institutionnelle   en   opposition   à   une   logique   contractuelle.   Quant   à   l’économie  sociale,  elle  reste  privée.  On  est  libre  d’adhérer  à  une  mutuelle,   mais  on  n’est  pas  libre  de  payer  ses  impôts ou  de  respecter  le  droit  au   travail.  L’économie  sociale  ne  peut  pas  prétendre  absorber  l’État  social.   L’État  social,  c’est  la vie  en  société,  la  socialisation  des  richesses  et  des   revenus.  La  réhabilitation  de  la  dépense  publique  est  un  enjeu  aussi très   important.  Un  fonctionnaire  est  productif.   Pour  l’économiste,  la  théorie  de  l’État  social  ne  peut  se  construire  qu’avec  le paradigme, l'intérêt général. mais l'intérêt général existe t il ? Oui, disent les capitaliste, il est réductible au jeu des intérêts particuliers. Les marxistes, eux, craignent le jeu des intérêts dominants qui ne manquent pas  de  s’y  exprimer.   « L’intérêt  général  c’est  l’intérêt  de  tous,  consent   notre  invité,  mais  dans  la  vie  en  société,  c’est  la  loi.  En  démocratie,  on   accepte  l’intérêt  de  la  majorité  ».

ACHEVER  LA  CONSTRUCTION  DE  L’ETAT   SOCIAL

«  L’enjeu  de  notre  période  est  d’achever  la  construction  de  l’État  social,   d’aller  au  bout  de  cette  révolution  » affirme Christophe Ramaux, Pour l’auteur,  un  des  principaux  enjeux  actuels  se  situe  dans  la  sphère  de   l’entreprise,  surtout  en  France  où  elle  est  réduite  à  une  accumulation   de  capitaux.  Effectivement,  n’en  déplaise  aux  néo  libéraux,  d’une  part   l'entreprise est une institution sociale qui ne doit pas être réductible au  jeu  des  actionnaires  et  toutes  les  parties  prenantes  doivent  pouvoir   s’exprimer.  D’autre  part,  il  faut  réhabiliter  le  travail  et  l’entreprise  comme   collectif conflictuel et coopératif. et notre économiste ne dit pas autre chose qu'Yves Clot en affirmant qu'il ne peut y avoir de travail sans plaisir et sans sens du travail «  C’est  à  nous  de  porter  ça.  Ce  qui   émancipe  le  travailleur,  c’est  la  citoyenneté  ». 

Il  nous  met  en  garde  contre  comme  un  enterrement  prématuré  de  l’État   social  qui  se  fait  grignoter  peu  à  peu  par  le  libéralisme.  Christophe   Ramaux  estime  qu’il  faut  promouvoir  la  retraite  par  répartition,  l’éducation   etc.  qu’il  faut  prendre  appui  sur  ces  piliers  pour  organiser  la  contre   offensive  et  promouvoir  l’État  social  et  les  services  publics. Il  juge  aussi  que  l’État  possède  des  cartes  maîtresses  dans  le  développement.  «  Quelles  sont  les  politiques  à  mettre  en  œuvre  pour  retrouver  de   la  croissance  ?  

La  croissance  ce  n’est  pas  que  les  industries  polluantes.   Quand on embauche une infirmière, c'est de la croissance; L'écologie, pour  sa  part,  suppose  des  investissements  publics  massifs.  On  a  5   millions  de  chômeurs  à  absorber.  On  ne  peut  pas  abandonner  l’objectif   du  plein  emploi,  contrairement  à  ce  disent  nombre  d’écologistes.  La   productivité  résulte  de  l’évolution  technologique  ».
Face   à   la   mondialisation,   comment   mettre   en   cohérence   cette   démonstration  ?  

Pour  lui,  derrière  la  fausse  crise  de  la  dette  publique,   il  y  a  la  crise  de  l’euro.  La  mondialisation  est  un  argument  contre  l’Etat   social.  «  Si  les  libéraux  réussissent  à  faire  entrer  dans  la  tête  des  gens que  les  décisions  se  prennent  à  l’échelle  du  monde,  ils  auront  gagné.  Les   citoyens  n’ont  plus  le  pouvoir,  parce  qu’il  n’y  a  pas  de  république  mondiale.   On  ne  peut  pas  s’exprimer  au  nom  des  autres.  Il  faut  réhabiliter  la  Nation   (mais  à  la  différence  du  Front  national  et  de  sa  dimension  culturaliste)  en   tant  que  citoyenneté  fondée  sur  la  République.  Avec  la  mondialisation,  le   libéralisme  contourne  l’État  social  et  le  suffrage  universel  ».   En  Europe,  développe-­t-­il,  «  on  a  eu  droit  à  la  double  peine  :  la  construction   de  l’Europe  et  la  mondialisation.  Les  reculs  les  plus  importants  ont  eu  lieu   en  Europe.  

C’est  la  compétition  à  l’austérité.  Le  FMI  fait  machine  arrière   sur l'austérité par crainte de la récession. Les flux divergent, il n'y a pas de  compensation  ». La zone euro prise comme un tout ne peut pas adopter le modèle allemand. La réponse libérale est la déflation interne qui conduit à la récession.  L’autre  réponse  consiste  en  une  augmentation  des  salaires  et   la  mise  en  place  de  politiques  de  relance  nationale.  Quant  aux  transferts   budgétaires  ?  Il  n’y  croit  pas  «  ce  n’est  politiquement  pas  possible  ».   Alors,  il  faut  poser  en  complémentarité  l’État  social  et  l’Europe  sociale,   redonner  du  lustre  à  l’idée  européenne.  «  Même  dans  les  États  européens,   la  principale  force  de  frappe  est  encore  nationale.  Avec  la  crise,  ce  sont   les  États  qui  ont  sauvé  leurs  banques  ou  leurs  entreprises  »  conclut   Christophe  Ramaux.