MENU

Négociations AGIRC-ARRCO : les conséquences du projet du Medef sur votre retraite

Imprimer
Négociations AGIRC-ARRCO : les conséquences du projet du Medef sur votre retraite

Quatre exemples concrets et chiffrés des conséquences du projet du Medef sur votre retraite. 

Recul de l’âge de départ en retraite

Pour obliger les salariés à différer leur départ en retraite, le Medef veut appliquer des abattements dégressifs de 30, 20 et 10 % à toutes les personnes qui liquideraient leurs retraites complémentaires avant 65 ans. Les carrières longues subiraient également ces abattements sur une durée maximale de trois années, à partir de 65 ans ou après trois années maximum d’abattement, le retraité retrouverait l’intégralité de sa pension.

 

Baisse du niveau des futures pensions ARRCO et AGIRC : une mesure antijeunes

D’effet progressif, cette baisse ne s’appliquerait intégralement qu’aux jeunes générations et partiellement à leurs aînés.
Dans les régimes complémentaires ARRCO et AGIRC, les droits à retraite sont matérialisés par des points accumulés tout au long de la carrière. En multipliant tous ces points par leur valeur « de service » au moment de la liquidation de la retraite, on obtient le montant de la pension.
Avec les propositions du Medef, le prix du point augmenterait plus vite que les salaires : le nombre de points acquis s’effondrerait. De surcroît, la valeur de chaque point, gelée, décrocherait par rapport à l’évolution du salaire. Selon les calculs des services techniques de l’ARRCO et de l’AGIRC, ce phénomène de ciseau entraînerait sur une carrière complète une baisse de près de 16 % du niveau des futures retraites par rapport au salaire de fin d’activité.

 

Disparition de la Garantie Minimale de Points

Le Medef propose de remplacer l’ARRCO et l’AGIRC au plus tard à compter du 1er janvier 2019 par un régime unique de retraite complémentaire. Il s’ensuivrait la disparition de la Garantie Minimale de 120 Points annuels (GMP) qui bénéficie aux 36,4 % de ressortissants de l’AGIRC dont le salaire est inférieur ou de peu supérieur au plafond de la Sécurité sociale.

 

Régime unique complémentaire « à cotisations définies »

= démantèlement du statut cadre
Le Medef propose de faire disparaître les régimes ARRCO et AGIRC pour les remplacer par un régime unique complémentaire.
= cotiser plus longtemps pour moins de retraite
Le régime unique fonctionnerait « à cotisations définies » comme le système suédois. Le taux de cotisation étant bloqué, compte tenu de l’augmentation du nombre de retraités, il atteindrait d’une année sur l’autre son équilibre financier :

  • en réduisant le montant des pensions d’ores et déjà liquidées ;
  • en réduisant le niveau des futures pensions par rapport au salaire de fin d’activité ;
  • en reculant l’âge effectif de départ en retraite.

La Suède, dotée d’un système « à cotisations définies » en a fait l’amère expérience : toutes les pensions de retraite et les droits en cours d’acquisition ont été réduits de 3 % en 2010, de 4,3 % en 2011, de 2,7 % en 20141, soit une baisse nominale de 9,67 % en 4 ans.

1 Chiffres communiqués par la Direction du GIE AGIRC/ARRCO, note du 31 décembre 2014.

 

Retrouvez d'autres exemples concrets et chiffrés des baisses de pensions et de droits voulues par le Medef
Publié le jeudi, 01 octobre 2015 dans Cadres Infos numéro 721à télécharger ici en .pdf