Menu

Objectifs partagés avec les syndicats québécois

FP-CSN Quebec

Le collectif international de l’UGICT-CGT était invité, les 7 et 9 novembre 2014, à Montréal, pour les cinquante ans de la Fédération des Professionnèles-Confédération des Syndicats Nationaux (FP-CSN). L’UGICT-CGT était conviée à présenter deux de ses campagnes phares : le droit à la déconnexion et la réglementation des stages.

jeudi, 18 décembre 2014 | Cadres Infos numéro 713à télécharger ici en .pdf
Imprimer

La lettre .info

Notre XVIIeme Congrès nous avait donné l’opportunité de présenter, au cours d’une table ronde consacrée à l’international, Michel Tremblay, président de la Fédération des Professionnèles de la Confédération des Syndicats Nationaux du Québec (CSN) et de revenir sur les raisons de l’organisation des ingénieurs, cadres et techniciens du Québec au sein d’une structure syndicale dès 1964.


« Les récentes annonces de réduire, voire d’éliminer les programmes d’intégration au marché du travail des personnes parmi les plus démunies, sont une aberration et démontrent les véritables intentions du gouvernement Couillard sur le démantèlement du modèle social québécois » a dénoncé Jacques Letourneau, président de la CSN, lors de son appel à la mobilisation pour la grande manifestation du 29 novembre 2014 contre l’austérité, « Refusons l’austérité » (http://refusons.org/).


LE DROIT À LA DÉCONNEXION


Cet anniversaire a été pour l’UGICT-CGT l’occasion de présenter les enjeux de sa campagne « Droit à la déconnexion », au cours de la première séance. Cette présentation a suscité un vif intérêt. Les camarades québécois se sont emparés de cette campagne avec les enjeux propres à leur négociation sur la conciliation famille/travail, mais également sur les questions plus pointues des accords encadrant le télétravail et les problématiques de l’astreinte.

L’accueil réservé à la présentation de la campagne prouve une volonté de développer un travail commun sur les questions d’équilibre entre la vie privée et la vie professionnelle. La FP-CSN tient en revanche à ce que ces questions ne soit pas traitées par l’équivalent de notre collectif femmes /mixité.


L’ENCADREMENT DES STAGES


Lors de la quatrième séance, l’UGICT- CGT a présenté le travail syndical, mené avec l’UNEF, sur l’encadrement des stages. Une initiative qui nous a conduit à utiliser des moyens d’action innovants, pour nous, comme le lobbying parlementaire ou encore la rédaction d’amendements au projet de loi. Des pratiques auxquelles les camarades québécois sont rompus. C’est davantage le socle de droits qui a été source d’inspiration et de discussion : la gratification, la durée maximale de stage, la prise en charge des frais de déplacements et de repas, les avantages tels que les tickets restaurant.


A la suite de la présentation, nous avons été informés de pratiques en cours au Québec. Ainsi, les stagiaires paient pour suivre un stage à Radio Canada (Tv et radio) en raison du prestige de cette institution publique. Une proposition de travail en commun a alors été formulée par la direction de la FP-CSN. Reste à organiser le contact avec le syndicat de Radio Canada, afin de discuter les modalités d’une coopération sur le sujet.


Il est donc possible de conclure que cette présentation aura alimenté les revendications, plus que les moyens mis en œuvre, ou l’unité syndicale avec les organisations syndicales étudiantes.


Des différences culturelles

Le vocable cadre désigne, au Québec, les agents de maîtrise. Il a fallu repréciser l’utilisation de ce terme pour l’UGICT-CGT en le rapprochant du concept de professionnèle développé par la FP-CSN. Voir à ce sujet le site de la FP-CSN et l’histoire de la Fédération présentée à l’instar de notre livret anniversaire de congrès. Il est téléchargeable au format PDF .