Menu

Temps sociaux, travail, autonomie des femmes cadres

Gender equality

Au cours du stage UGICT-ISST, Antonella Corsani a présenté les travaux de recherches sur l’articulation des temps sociaux, avec un regard sur les femmes cadres.

mardi, 14 février 2012 | Cadres Infos numéro 690à télécharger ici en .pdf
Imprimer

La lettre .info

Les temps sociaux sont les grands moments qu’une société se donne pour rythmer, articuler et coordonner les principales activités sociales auxquelles elle accorde une valeur particulière, comme le temps physiologique (sommeil, repas, toilette), le temps du travail professionnel et de la formation, le temps du travail domestique, les temps du loisir et de la sociabilité, le temps libre.

Ces temps sont de leur structure tend vers plus de temps pour l’éducation et plus de temps libre. Dans les sociétés modernes, le temps dominant, celui dont dépendent les autres est le temps de travail.

Pour les sociologues, l’histoire du mouvement ouvrier se confond avec l’histoire des luttes pour la mesure et la maitrise du temps. Dans une vie dont la trajectoire est : école, emploi, retraite, le temps du travail constitue moins de 20 % de la vie éveillée. En repoussant l’âge de la retraite, en remettant en cause les 35 heures, en imposant le travail au forfait, les objectifs du capital sont d’augmenter ce temps du travail sur lequel se génère le profit, en lutte face aux objectifs des travailleurs et des travailleuses d’accroitre le bien-être humain.

Le temps au travail subit une dérive orientée par une organisation de la gestion de l’urgence, ce qui laisse moins de marge de manœuvre pour l’ensemble des salariés mais plus encore pour les femmes.

Le temps de travail, malgré une baisse tendancielle de la durée annuelle, montre une augmentation du travail atypique (week-end, nuit), ce qui a tendance à empiéter sur les autres temps sociaux, notamment pour les femmes. Avec une plus grande implication et une plus grande autonomie dans la gestion de leur temps de travail, les cadres ont un temps de travail plus long qui subit des débordements sur les autres temps sociaux: interruption des congés, travail à domicile, déplacements plus fréquents hors du domicile, utilisation des téléphones portables.

Ces débordements du temps de travail sur les autres temps sociaux sont inégaux pour les hommes et ce sont les femmes cadres qui ont le plus de mal à concilier les exigences professionnelles et les exigences familiales.

La représentation des femmes cadres avec un portable est très mal vue car interprétée comme l’utilisation d’un outil pour gérer à distance la vie familiale. Alors que pour les hommes, c’est une représentation inverse, interprétée comme une plus grande disponibilité au service de l’entreprise.

Les statistiques récentes montrent que le temps partiel chez les femmes cadres augmente en fonction du nombre d’enfants, passant de 2 % sans enfant à 22 % pour 3 enfants, contrairement aux hommes cadres, dont la proportion reste stable, inférieure à 3 %. Le chemin qui mène à l’égalité professionnelle doit aussi passer par l’analyse de l’articulation des temps sociaux en fonction du genre des salarié(e)s.

icon Cadres Infos 690 (153.54 kB)