Menu

California dreams in

L'âge du faire

« L’âge du faire » par Michel Lallement. Editions du Seuil.

vendredi, 27 mars 2015 | Livres et documents
Imprimer

La lettre .info

Après les « Tiers lieux et plus si affinités » d’Antoine Burret (publié dans ces colonnes le 5 mars) Michel Lallement, titulaire de la chaire d’Analyse sociologique du travail et des organisations du travail au CNAM, nous invite à un voyage au cœur des partisans du « faire » en Californie dans d’autres lieux improbables mais bien réels.


Fédérés par l’idée du « Do it yourself », les défenseurs du logiciel libre, les membres d’espaces collaboratifs, à la marge de l’économie, pour le moment, vivent leur utopie au quotidien tout en inventant de nouvelles formes de travail. Hackerspaces, biohackerspaces, markerspaces, Fab labs, Tech shop… organisés en réseaux laissent libre court à leur créativité, construisent de nouveaux collectifs de travail avec une très large autonomie fonctionnant plus sur le mode du consensus que de la démocratie de la prise de décision.


Cet objet d’étude commence à intéresser les sociologues « rompus aux analyses des effets délétères du capitalisme ». Pour Michel Lallement : « il est temps cependant de faire un pas supplémentaire, d’aller plus loin que la simple description des activités productives et de leurs dysfonctionnements multiples, pour à nouveau fonder, une véritable critique du travail ».


Parti d’Allemagne, avec le Chaos computer club (CCC), développé en Californie, le mouvement déborde largement de ses frontières, mais en restant, le plus souvent, fidèle à sa devise fondatrice : « le partage des savoirs ». Michel Lallement les perçoit comme des laboratoires du changement social, des zones d’autonomie où « se bricole une nouvelle manière d’innover, de produire, de collaborer, de façonner son identité et son destin […] Le temps des utopies est sans doute revenu. ». Michel Lallement estime avoir fait œuvre d’ethnologue auprès de ces « maîtres rêveurs » qui tous partagent la culture de l’innovation et « qui sont en train d’écrire une « nouvelle grammaire du vivre ensemble. »
En complément à cet ouvrage, il peut être utile de parcourir le très critiquable, mais aussi très pédagogique livre de Gilles Babinet, premier président du Conseil national du numérique : « Big Data, penser l’homme et le monde autrement » (éditions Le Passeur)

 

« L’âge du faire » par Michel Lallement. Editions du Seuil, collection la couleur des idées. 450 pages. 25€