Menu

Il faut sauver les malades

Il faut sauver les malades

Laurent Sedel, ancien chef de service de chirurgie orthopédique et traumatologique de l’hôpital Lariboisière à Paris, chercheur au CNRS, a la plume alerte et le sens de la formule.

vendredi, 07 octobre 2011 | Livres et documents
Imprimer

La lettre .info

Son livre sur le fonctionnement et l’évolution de l’Assistance publique et hôpitaux de Paris(APHP) conjugue tout au long de 200 pages exemples concrets, souvent exposés avec humour et analyses.

Sa lecture est aisée, mais son propos reste inquiétant, car il s’agit, ni plus ni moins du constat, du démentiel démantèlement d’un service de santé unique au monde, pour le plus grand profit du secteur privé (cliniques, assureurs, avocats, laboratoires etc.). L’auteur dénonce des outils comme le Groupe Homogène de Malades (GHM), classification venue en droite ligne des États-Unis, destinée à industrialiser les soins, la perversité de la T2A, la loi Bachelot qui jouent au détriment des malades. Et il met en garde : «Notre système de santé est en train de rejoindre allègrement le système américain. Celui-ci coûte très cher autour de 18 % du PIB (seulement 12% pour le nôtre ce qui est déjà beaucoup) ».

Pour lui : « Si on analyse chacune de ses activités, quelles soient médicales, administratives ou formatrices, l’APHP apparaît comment pôle d’excellence (certes perfectible) ». Il nous livre deux pages d’anthologie fictionnelle où en 2015 le directeur d’ AXA explique comment il a pris le pouvoir sur la santé publique depuis la loi Bachelot. Un régal... qui fait froid dans le dos (à lire pages 210-212).

« Il faut sauver les malades ! » par Laurent Sedel, éditions Albin Michel, 2011, 220 pages, 16 euros.