Menu

La cité du travail, le Fordisme de gauche.

La cité du travail, le Fordisme de gauche.

Comment faire émerger l'intelligence collective des travailleurs ? Quelles sont les raisons profondes de l'incapacité de la gauche européenne à proposer une autre voie que l'ultralibéralisme ? Est-elle condamnée à l'accompagner ?

mercredi, 06 février 2013 | Livres et documents
Imprimer

La lettre .info

L’ouvrage est introduit par une préface pertinente d’Alain Soupiot, maître d’État en droit, fondateur de la Maison des sciences de l’Homme, de l’Institut d’études avancées de Nantes. Alain Soupiot extrait et commente, avec beaucoup d’intelligence les questions essentielles posées par le travail de Bruno Trentin.

Des thèmes d’actualité. Pour lui, l’éviction, au nom de la science, de la liberté dans le travail porte en germe la réduction de la citoyenneté politique, cantonnée au rituel du bulletin de vote. «Le droit de citoyenneté a toujours été écarté du travail » « source de la vive impuissance de la gauche politique et syndicale à tenir ses promesses d’émancipation. Jouer le bonheur hors travail contre la liberté au travail». « un immense progrès de la science», Trentin en déduit que gauche l’empêche d’avoir une crédibilité face au capitalisme globalisé » et de démontrer que les réponses de la gauche sont soit radicales, soit palliatives en accompagnant les changements dictés par le capitalisme fondé sur la subordination alors qu’aujourd’hui, c’est la programmation (entretien d’évaluation: entretien psychothérapeutique) qui devient un «il faut remettre le travail, avec sa dimension émancipatrice, au cœur d’une politique de gauche»

Il déplore que la gauche ne prenne pas a donné le coup de grâce au fordisme et au taylorisme alors que la gauche pose cette problématique: «L’élimination de l’aliénation n’est-elle possible que de l’extérieur de la société industrielle ou dans les marges laissées libres par le travail prédétermin黫si elle [la gauche] réussit à prendre conscience de sa large subordination au taylorisme, elle se libérera des illusions idéologiques du taylorisme et du fordisme » changements en cours dans la société qui ne peut plus être reléguée «au stade de données immuables». première publication en 1997.