Menu

La machine à trier. Comment la France divise sa jeunesse.

La machine à trier. Comment la France divise sa jeunesse.

Constats jeunes. Cet ouvrage collectif, inaugurant une nouvelle collection, « La société nouvelle de l’emploi » chez Eyrolles, avec la fondation Manpower, rejoint les questionnements de l’UGICT concernant la jeunesse en général, le système scolaire et les jeunes diplômés, sans en partager toutes les analyses et les conclusions.

vendredi, 17 février 2012 | Livres et documents
Imprimer

La lettre .info

Pour répondre à cette «génération galère» ballotée de travaux précaires, en stages, de CDD en formations diverses, il convient d’identifier les blocages qui les poussent en dehors de la route, hypothéquant durablement leur avenir.

Si on ne peut que dénoncer un système éducatif conçu pour reproduire les élites, on peut légitiment s’interroger sur le postulat de départ qui veut que : « Ce livre stigmatise le rôle exorbitant du diplôme dans l’insertion professionnelle » et qui affirme que l’on « se préoccupe plus des classes moyennes et des étudiants, la seule partie de la jeunesse collectivement organisée et capable de se défendre ».

Pour nous, la reconnaissance des diplômes, quels qu’ils soient, reste quand même un axe revendicatif fort qui ne s’oppose pas forcément au constat. Si tous les jeunes ne sont pas logés à la même enseigne, ce clivage n’est qu’apparent et tous se rejoignent, par exemple sur la question du logement, de la santé, ou encore de l’alternance et de ses détournements.

Et de leur retraite à venir. De même que l’opposition jeunes/vieux développée part un courant de la sociologie réduit l’analyse à une vision binaire, et confortable, de la question. En revanche, l’accès des jeunes en général aux mandats électifs, mais aussi aux responsabilités syndicales demande réflexion. Là non plus la tâche n’est pas aisée. Un ouvrage choral, intéressant, à lire en restant critique.

La machine à trier. Comment la France divise sa jeunesse. Pierre Cahuc, Stéphane Carcillo, Olivier Galland, André Zylberberg. Co-édition Eyrolles - Fondation Manpower. 137 pages. Septembre 2011. 12 euros.