Menu

Une brève histoire des crises financières, des tulipes aux subprimes

Une brève histoire des crises financières, des tulipes aux subprimes

Dérapages incontrôlés. L’économie fait des bulles. Christian Chavagneux nous offre là un décryptage des croisières du bateau ivre de la finance mondiale.

vendredi, 17 février 2012 | Livres et documents
Imprimer

La lettre .info

Et l’auteur cite le directeur de la stabilité de la banque de Grande Bretagne qui a calculé que les pertes cumulées de la crise, depuis 2007, se situeraient entre 60 000 et 200 000 milliards de dollars, de quoi convoquer la théorie de l’expansion de l’univers. Mais plus qu’aux estimations, le rédacteur en chef adjoint d’Alternatives économiques se préoccupe des liens qui unissent les grandes institutions financières et à leurs dérapages qui sont aussi une histoire de psychologie humaine.

Il démontre l’importance de la relecture des crises du passé à l’éclairage de la crise actuelle pour prévenir les crises futures. Il conclut sur la nécessité d’aboutir à la mise en œuvre de régulations financières pour en bloquer les mécanismes : « La conviction à l’origine de ce livre est que ces crises financières sont endogènes au fonctionnement des marchés financiers, qu’elles se développent par des mécanisme économiques et politiques, d’autant plus à même de faire dérailler la machine, que les autorités politiques, qu’elles soient publiques ou privées, ne font pas leur travail de surveillance et de contrôle des risques ».

De la spéculation sur les tulipes hollandaises au XVIIe siècle, en passant par la faillite de John Law, l’aventurier de la haute fiance, par la panique de 1907 et la crise de 1929, Christian Chavagneux nous embarque dans un voyage à hauts risques. Passionnant.

 

Une brève histoire des crises financières, des tulipes aux subprimes. Christian Chavagneux. Editions de la Découverte, 232 pages. Septembre 2011. 16,50 euros.

Christian Chavagneux est rédacteur en chef adjoint d’Alternatives économiques et rédacteur en chef de la revue l’Économie politique.