Menu
Actualités

Après plusieurs journées d’action depuis 2 mois, et face au blocage de la direction, la CGT-RATP a déposé un préavis de grève illimitée à compter du 2 juin 2016 pour obtenir la réouverture des négociations salariales et demander le retrait de la loi Travail.

Les deux premiers syndicats de la RATP (CGT et Unsa) ont déclenché mardi 15 mars la procédure d'alarme sociale, préalable à tout dépôt de préavis de grève, pour demander une "augmentation significative" en 2016 des salaires, alors que la RATP s'apprête à présenter selon eux un résultat "record".

Malgré un acharnement de plusieurs années, la RATP est finalement condamnée par la Cour d’Appel de Paris (arrêt du 16/10/2015) à verser la somme de 98000€ à un agent de maîtrise du département MTS.

Une grande partie des régulateurs (agents d'encadrement) du réseau bus de la RATP seront en grève du 17 au 20 juin à l'appel commun des syndicats (CFE-CGC, Unsa, CGT, FO et SUD) qui dénoncent une charge de travail "insupportable".

Dans un document rédigé par la CGT-RATP pour le Stif (syndicat des transports d'Ile-de-France) à l'occasion de la négociation en cours du contrat 2016-2019 entre la régie et les élus régionaux, le syndicat relève une "volonté gouvernementale de mettre la RATP à contribution".

Encadrement RATP : "se soumettre ou se démettre" ?

Coincés entre le marteau et l'enclume, les cadres, techniciens et agents de maîtrise de la RATP doivent faire face à une politique de cost-killing, au détriment de leur travail quotidien et des missions de service public de transport. A l'approche des élections le 27 novembre 2014, l'Ugict CGT RATP a donc publié un document de 10 pages en direction de l'encadrement, qu'il soit technique ou de management, dans un contexte où on leur demande parfois de "soumettre ou se démettre".

+ de thématiques