Menu

Stage Egalité professionnelle " Construire un système de retraite qui réduise les inégalités entre les femmes et les hommes."

Stage Ugict-CGT organisé par le collectif « Égalité professionnelle », du lundi 17 au vendredi 21 juin 2019 " Construire un système de retraite qui réduise les inégalités entre les femmes et les hommes."   Coordonné par Antonella Corsani (ISST-PARIS 1) et par Sylvie Durand (Ugict-CGT).

dimanche, 14 octobre 2012 | Formation
Imprimer

La lettre .info

 
La réforme des retraites proposée par Emmanuel Macron va encore creuser les inégalités de genre que notre système actuel de retraite amplifie d'ores et déjà entre les périodes d'activité et de retraite.

Puisque l'heure est au débat sur la réforme des retraites, l'objectif de cette formation à l'Institut des sciences sociales du travail de Bourg la Reine, est de mobiliser l'expertise militante et l'expertise des enseignants-chercheurs pour :
    1    Décrypter et démystifier la réforme Macron : à l'issue de ce stage, les militants seront en situation de la contre-argumenter
    2    Identifier les propositions pour une réforme des retraites qui, en tout premier lieu, garantisse la continuité du meilleur niveau de vie de carrière lors du passage de l'activité à la retraite, tant pour les femmes que pour les hommes, et ce dès l'âge de 60 ans, y compris, là encore pour les femmes (elles partent en moyenne beaucoup plus tard que les hommes en retraite)
    3    Identifier les propositions qui garantissent tout au long de la retraite une évolution du pouvoir d'achat des pensions égale à l'évolution du pouvoir d'achat des salaires
    4    Evaluer le rôle et l'impact des dispositifs de solidarité sur les inégalités et l'intérêt de les maintenir dans le système de retraite au lieu de les transformer en aides sociales financées par l'impôt.
    5    Construire un système de retraite, au bénéfice de toutes et tous, à partir de la situation des femmes   
Cette session sera l'occasion de débattre, y compris avec le secrétaire général du Haut Commissariat à la Réforme des Retraites qui participera, aux côté de l'UGICT-CGT , de l'IRES et d'ATTAC à une table ronde sur la réforme des retraite.


Intentions de l’organisation 

L’objectif du stage est d’offrir aux syndicalistes les dernières avancées de la recherche sur les politiques publiques et les pratiques d’entreprises en matière d’égalité professionnelle afin d’alimenter la construction de revendications syndicales dans le cadre des actions visant l’égalité professionnelle, tout particulièrement pour les  ingénieur-e-s, cadres et professions techniciennes.

 

Public visé

Le stage s'adresse aux syndicalistes de l'Ugict-CGT, en particulier à celles et ceux qui sont engagé.e.s dans l'action syndicale pour l'égalité professionnelle ou qui désirent s’engager à l’avenir sur ces questions.


Les objectifs de la formation 

Le stage, organisé tous les ans par le collectif égalité femmes-hommes de l’Ugict-Cgt avec des enseignant.e.s-chercheur.e.s de l’ISST, se déroule sur cinq jours et porte sur un thème différent chaque année. Son objectif : permettre à la quinzaine de participant.e.s d’approfondir une thématique en lien avec les questionnements syndicaux en matière d’égalité professionnelle et salariale. Son originalité réside dans la mise en dialogue des savoirs des syndicalistes et des enseignant.e.s-chercheur.e.s. Ces derniers nourrissent les échanges d’une présentation des éléments scientifiques du débat permettant ensuite d’affiner les stratégies, propositions et revendications syndicales, en particulier pour les ingénieur.e.s, cadres, technicien.ne.s et agent.e.s de maîtrise.

Cette année, la formation aborde la question des inégalités en matière de retraites. Ces inégalités sont en partie le reflet des inégalités sur le marché du travail et salariales, et en partie l’effet des critères de calcul des droits. Le basculement annoncé vers un système de retraite par points envisagé par le gouvernement actuel ne risque-t-il pas d’accroître les inégalités ?

Le stage répond à un triple objectif :

1/ Acquisition d’une bonne connaissance des principes des différents systèmes de retraite (capitalisation ou répartition, contribution ou redistribution) de façon à être  en capacité d’expliquer les effets des différents critères (pour la constitution des droits directs et pour le calcul de la pension) sur les inégalités femmes/hommes en matière de pension de retraite.
 
2/ Compréhension des enjeux pour les femmes du basculement vers un système par points.

3/ Appropriation des propositions alternatives élaborées et revendiquées par la CGT.

 

 

Thèmes et déroulé du stage  

Le stage démarre par une séance consacrée à l’interconnaissance et à la mise en commun des questionnements et des connaissances.

Puis, la séance du lundi am sera dédiée à :
1/ l’appropriation des principes et à la compréhension de la philosophie qui inspire les différents systèmes de retraite (capitalisation/répartition, contributif/redistributif, retraite par points, prestations définies, etc.) ;
2/ l’analyse des mécanismes de constitution des droits directs dans les différents régimes et leur évolution au fil du temps et des réformes.

Les inégalités de carrière et de salaire entre les femmes et les hommes s’amplifient avec les retraites. Chez les personnes à la retraite, on estime que le nombre de personnes pauvres augmentera, et il s’agit essentiellement de femmes. Les interruptions de carrière liées à la maternité ne sont pas la première cause et même pas une cause des plus importantes. Les modalités de calcul de la pension de retraite jouent un rôle important, elles peuvent favoriser ou bien pénaliser les femmes. Ces questions seront traitées le mardi.
Autre thème, celui des droits dérivés, notamment les droits familiaux et conjugaux sera traité le mercredi matin. Quels sont leur finalités ? Quel leur impact sur les inégalités ? Quels mécanismes dédiés peuvent permettre de réduire les inégalités F/H en matière de retraite ? La séance visera à apporter des réponses à ces questions.
Le mercredi am sera abordée la « retraite par points », telle qu’elle est envisagée par le HCRR. Il s’agira encore une fois de bien comprendre l’impact qu’une telle réforme pourrait avoir sur les pension de retraite des femmes, et notamment des femmes dans l’encadrement.
Le jeudi matin, deux thèmes seront traités : d’abord, on comparera le système français à celui d’autres pays européens en ayant à l’esprit surtout la situation des femmes. Puis, en conclusion de la matinée, on traitera la question du financement. Il s’agira, par un travail de simulation, de démontrer les possibilités de financement d’un système souhaitable, tel qu’il est envisagé et revendiqué par la CGT.
Le jeudi am une table ronde mettra en dialogue des points de vue divergents autour de ce qui pourrait être un système de retraite souhaitable dans la perspective des droits des femmes et des réductions des inégalités en matière de pension de retraite.
Chaque journée s’achève avec un travail de groupe, de 17 à 17h30. Il s’agit de revenir sur les séances de la journée et d’en faire des synthèses (voir méthodes pédagogiques).  
Le vendredi matin sera consacré en partie à la restitution des synthèses préparées par les groupes, puis au débat syndical.
Le stage s’achève le vendredi am avec le bilan et l’évaluation du stage.

 

 

 

Méthodes pédagogiques  

- Des interventions de spécialistes universitaires s’alternent à des interventions de spécialistes du bureau UGICT-CGT. Les séances sont organisées de sorte à favoriser l’interaction avec les participants.

- Les stagiaires sont organisé.e.s en groupes de 2/3 personnes. De 17h00 à 17h30 les stagiaires travaillent en groupe. Il s’agit essentiellement de répondre à la question : qu’avons-nous appris aujourd’hui ?
Chaque groupe a en charge la restitution, le vendredi matin, d’une synthèse d’une séance de formation.
Elles doivent être présentées en format powerpoint (PPT) sur trois pages. Il s’agit de présenter :
première page : les principales idées retenues ;
deuxième page : l’idée que l’on retient comme la plus importante en la développant ;
troisième page : les enjeux et le point de vue syndical sur la question.

 

Présentation des intervenantes

 

Lucy APROBERTS est économiste, spécialisée dans la protection sociale. Née aux Etats-Unis, elle a tout d’abord étudié la sociologie des religions à l’Université de Californie à Berkeley. Dans les années 70, elle s’est installée en France, où elle a d’abord travaillé comme traductrice et professeur d’anglais pour des salariés en formation continue. Elle a ensuite étudié l’économie dans les années 80 à Nanterre et obtenu un doctorat d’économie à l’Université Paris 1 - Sorbonne. Sa thèse a été publiée en 2000 aux Editions de La Dispute sous le titre Les retraites aux Etats-Unis : Sécurité sociale et fonds de pension. Actuellement, elle est chercheuse associée à l’IRES et participe aux travaux de l’Institut Européen du Salariat à Nanterre. En tant qu’économiste, elle a travaillé pour l’IRES (1989 à 2000), l’AISS (2000 à 2003) et le COR (2003 à 2007). Ses recherches sont centrées sur l’interaction entre l’Etat social et la protection sociale d’entreprise, notamment dans les domaines de l’assurance maladie et les retraites.


Antonella CORSANI est socio-économiste du travail, enseignant-chercheur à l'Université Paris 1 Panthéon Sorbonne, en poste à l’ISST et membre du laboratoire de recherches IDHES (UMR 8533). Elle travaille sur les mutations du travail et du rapport salarial, le capitalisme cognitif et le néolibéralisme. Depuis 2012, elle s’intéresse aux nouvelles formes d’entreprise coopérative et accompagne la recherche-action au sein des Coopératives d’Activité et d’Emploi. Actuellement elle co-dirige un projet de recherche-action « Fabriquer l’égalité au sein de l’ESS ».
Dernier ouvrage publié :  Bureau MC, Corsani A, Giraud O and Rey F (eds) 2019, Dictionnaire sociologique des zones grises de l’emploi. TeseoPress
Pour plus d’informations :
https://www.univ-paris1.fr/ufr/isst/annuaire-et-publications-des-enseignants-de-lisst/antonella-corsani/

Sylvie DURAND, salariée de l'industrie pharmaceutique depuis 30 ans, permanente auprès de l'UGICT-CGT depuis 2004 en charge du dossier des retraites. Elle a participé aux groupes de travail du Conseil d'Orientation des retraites, siégé aux conseils d'administration de la CNAV, de l'AGIRC, de l'ARRCO, du groupe KLESIA et a participé à toutes les négociations sur les retraites complémentaires entre 2003 et 2018. Aujourd'hui, elle siège à l'ACOSS, et est en charge de la formation militante et des questions touchant à la définanciarisation de l'entreprise.

Agnès LE TOLLEC est doctorante en économie à l’École Normale Supérieure de Paris Saclay, membre du laboratoire de recherche ISP et Attachée Temporaire d’Enseignement et de Recherche  à l’Université Paris 1 Panthéon Sorbonne et à l’ISST. Elle travaille sur l’histoire des femmes en économie et notamment sur les champs de recherche traditionnellement féminins que sont la consommation et le travail (marchand et non-marchand) des femmes.

Christiane MARTY Ingénieure chercheuse, membre de la Fondation Copernic et du Conseil scientifique d'Attac, militante féministe. Ces travaux portent sur les retraites, la fiscalité, les inégalités femmes-hommes. Coordinatrice et co-auteure notamment de « Retraites, l'alternative cachée », 2013, Syllepse.

Antoine MATH, économiste de formation (Université de Nancy, Institut Européen Universitaire de Florence), est chercheur à l’Institut de recherches économiques et sociales (IRES) depuis 2001. Auparavant il a été conseiller à la direction recherche, prévisions et statistiques de la Caisse Nationale des Allocations Familiales (Paris) de 1993 à 1998 puis expert détaché jusqu’en 2001 auprès de la Commission européenne (DG Emploi et affaires sociales, Unité "protection sociale"). Ses travaux de recherche portent principalement sur les politiques sociales, notamment sur les systèmes de protection sociale, sur le genre et les politiques en direction des familles et sur les questions d’accès aux prestations et de discriminations en matière de droits économiques et sociaux.

 

Modalités d’accès

néant

Evaluations prévues

Retour en groupe sur les enseignements du stage

Durée de la formation

5 journées du lundi matin 9h00 au vendredi 17h00

Lieu du stage

ISST, 16, boulevard Carnot - 92340 Bourg-la-Reine

RER B Bourg-la-Reine

 

Frais de stage

Voir le site ugict (http://www.ugict.cgt.fr/formation)  ou prendre contact avec la formation syndicale ugict : 01 55 82 83 42 / formation.syndicale@ugict.cgt.fr

 

Pour vous inscrire :

 

Pour plus d'informations envoyez un mail à s.durand@ugict.cgt.fr

 

 Retrouvez toutes nos revendications sur le site Egalité professionnelle CGT : http://www.egalite-professionnelle.cgt.fr/